Des escrocs dans l'entourage de Beppe Grillo?

Le plus proche entourage de Beppe Grillo, grand pourfendeur de la classe politique italienne, est impliqué dans des affaires troubles au Costa Rica sous couvert de société écrans, écrit vendredi l'hebdomadaire l'Espresso.

Des escrocs dans l'entourage de Beppe Grillo?
AFP

Le plus proche entourage de Beppe Grillo, grand pourfendeur de la classe politique italienne, est impliqué dans des affaires troubles au Costa Rica sous couvert de société écrans. Selon une enquête signée de trois journalistes du journal de gauche, Walter Vezzoli, chauffeur, garde du corps et assistant de Beppe Grillo, ainsi que Nadereh Tadjik, belle-soeur du leader du Mouvement cinq étoiles (M5S), "gèrent 13 sociétés presque toutes basées à Santa Cruz (...) la plus touristique des provinces" du Costa Rica.

Citant les noms de plusieurs de ces sociétés, le journal souligne que "quatre d'entre elles sont enregistrées comme +sociétés anonymes+, un écran juridique qui permet de protéger l'identité des actionnaires". Les rôles de président et trésorier sont souvent inversés et M. Vezzoli et Mme Tadjik s'échangent ces postes au gré des sociétés.

"Une question demeure: à quoi sert cette constellation de sociétés, dotées de capitaux minimes, pas plus de 10.000 USD chacune?", s'interroge l'hebdomadaire. "Il est difficile de donner une réponse d'autant plus que leurs activités indiquées dans les documents apparaissent, et c'est un euphémisme, assez vagues. Par exemple la Investments Nosrad s'occupe de +commerce, agriculture, élevage, tourisme, hôtellerie, développement d'activités immobilières, import-export, construction+: il y a boire et à manger", estime L'Espresso.

Beppe Grillo n'est pas impliqué directement dans ces affaires, qui ne sont d'ailleurs pas illégales, mais ces informations font grand bruit en Italie, ternissant l'image de l'ex-comique qui se présente comme un pur et dur, pourfendeur de la classe politique corrompue en Italie.

C'est grâce à cette image qu'il a obtenu un quart des voix lors des législatives de fin février, ce qui lui permet de bloquer pour l'instant tout accord avec la coalition de gauche pour la formation d'un gouvernement. Dans une interview vendredi au quotidien Il Fatto Quotidiano, M. Vezzoli a expliqué l'existence de ces sociétés par le fait qu'il avait vécu au Costa Rica où il gérait une discothèque.

Sur le même sujet