Edito : Une belle opportunité pour l’Eglise

La tentation du repli sur soi demeure, certes, mais les congrégations générales ont montré que nombre de cardinaux ne veulent plus de ce statu quo qui les ridiculise aux yeux du monde profane.

Edito : Une belle opportunité pour l’Eglise
©AFP

Le Seigneur nous a donné beaucoup de jours de soleil et de brise légère, jours où la pêche a été abondante; il y a eu aussi des moments où les eaux étaient agitées et le vent contraire". Lors de sa dernière audience générale où il a salué le "peuple de Dieu", Benoît XVI n’a pas caché que son pontificat connut de belles mais aussi de plus noires heures. Un message adressé aussi aux prélats et finalement à tous les prêtres et religieux. Ce testament spirituel devrait être dans les esprits des 115 électeurs qui auront la lourde tâche de désigner son successeur. Une certitude: s’il fut plus un penseur et un théologien qu’un manager, le Pape émérite a émis, plus d’une fois en 8 ans, le vœu que l’Eglise en revienne à ses "fondamentaux" et ne se perde plus en aussi vaines qu’inacceptables luttes internes ou dans de scandaleux égarements. Les cardinaux peuvent montrer que l’institution est plus que jamais nécessaire, même dans un monde où le catholicisme est minoritaire et subit tant d’assauts hostiles, y compris en Occident. La tentation du repli sur soi demeure, certes, mais les congrégations générales ont montré que nombre de cardinaux ne veulent plus de ce statu quo qui les ridiculise aux yeux du monde profane. Parmi leurs priorités doivent figurer la réforme de la Curie pour aller vers davantage de transparence et la nécessité d’une meilleure gouvernance collégiale pour rapprocher Rome des Eglises locales et de la base. L’occasion aussi de lancer des chantiers audacieux comme celui d’octroyer plus de place aux femmes dans l’Eglise. C’est une opportunité unique pour lancer un nouvel "aggiornamento" comme le fit Jean XXIII en 1959. A vous de jouer, Messieurs les cardinaux!

Sur le même sujet