Y a-t-il eu délit d'initié à Nicosie ?

Mais le président chypriote Nicos Anastasiades a assuré lundi que l’enquête sur tous les scandales liés à la tourmente financière dans laquelle l’île est plongée n’épargnerait personne, ni même sa propre famille.

Y a-t-il eu délit d'initié à Nicosie ?
©AFP Internet / afp.com
AFP

Le président chypriote Nicos Anastasiades a assuré lundi que l’enquête sur tous les scandales liés à la tourmente financière dans laquelle l’île est plongée n’épargnerait personne, ni même sa propre famille.

Les médias chypriotes bruissent ces derniers jours de rumeurs sur des transferts providentiels effectués juste avant la crise par des proches de M. Anastasiades, de son prédécesseur communiste Demetris Christofias, dont le mandat s’est achevé en février, ou d’autres personnalités politiques.

Le gouvernement a nommé la semaine dernière une commission d’enquête composée de trois anciens juges de la Cour suprême chargés de déterminer les responsabilités dans la crise et de relever d’éventuels délits d’initiés.

Jusqu’à 60 % de taxe

Au bord de la faillite, Chypre a obtenu le 25 mars un plan de sauvetage international de 10 milliards d’euros, au prix d’une restructuration drastique de son système bancaire qui va voir les gros clients de Laïki et Bank of Cyprus, les deux principales banques du pays, perdre une grande partie de leurs avoirs. Ces pertes massives, qui touchent fortement les entreprises et risquent d’avoir des conséquences dramatiques sur l’économie, alimentent un profond ressentiment envers quiconque aurait pu bénéficier d’un quelconque privilège.

Les comptes dépassant 100 000 euros sont gelés à la Bank of Cyprus et à la Laïki. La seconde doit être liquidée, et les gros comptes de la première doivent subir une ponction qui pourrait aller jusqu’à 60 %. Les petits comptes de la Laïki ainsi que tous les crédits vont être transférés à la Bank of Cyprus où ils fonctionneront normalement. Les sommes dépassant les 100 000 euros, une fois minorées par les éventuels crédits, resteront dans la “bad bank” appelée à disparaître.

Les comptes du secteur public épargnés

Cependant, l’intégralité des dépôts à la Laïki “des institutions financières, du gouvernement, des municipalités, des conseils municipaux et d’autres collectivités, des compagnies d’assurance, des organisations caritatives, des écoles et des institutions éducatives” seront transférés à la Bank of Cyprus, où ils ne subiront aucune ponction, selon un décret la Banque centrale.

Sur le même sujet