Libé critiqué pour avoir relayé une rumeur sur Fabius

En Une, le quotidien français titre: "Affaire Cahuzac, le cauchemar continue", et écrit que Laurent Fabius a démenti auprès de lui "détenir un compte en Suisse".

Libé critiqué pour avoir relayé une rumeur sur Fabius
AFP

Le journal Libération était critiqué lundi pour avoir propagé une rumeur sur une "possible affaire" de compte en Suisse de Laurent Fabius dans le sillage du scandale Cahuzac, sa direction se justifiant en invoquant un démenti de l'avocat du ministre français des Affaires étrangères. En Une, le quotidien français titre: "Affaire Cahuzac, le cauchemar continue", et écrit que Laurent Fabius a démenti auprès de lui "détenir un compte en Suisse".

Sous le titre: "Une possible affaire Fabius tétanise l'Elysée", le quotidien dans un long article ne produit aucun élément donnant à penser que M. Fabius détiendrait un tel compte non déclaré, déclarant simplement que le site d'information Mediapart "explore (cette) piste". C'est ce site qui avait accusé en décembre dernier le ministre du Budget Jérôme Cahuzac de détenir un compte bancaire à l'étranger, ce que M. Cahuzac a finalement avoué la semaine dernière après avoir démissionné le 19 mars.

"Libération perd la tête: demain, il transforme en information une rumeur sur Fabius en prétendant démentir une non-information de Mediapart", twittait dès dimanche soir le directeur du site Edwy Plenel. La Société civile des personnels de Libération, dans un communiqué diffusé lundi, a déploré une "faute déontologique grave".

"Notre travail de journaliste ne consiste pas à rendre publique une rumeur, mais à enquêter pour savoir si elle correspond à des faits. Ce travail élémentaire n'a pas été fait", a-t-elle estimé. M. Fabius avait "démenti formellement" dimanche auprès de l'AFP cette "rumeur", ajoutant avoir mandaté son avocat pour engager des poursuites judiciaires.

"Il était impensable de ne pas donner ces informations à nos lecteurs", s'est défendu auprès de l'AFP Sylvain Bourmeau, directeur adjoint de la rédaction de Libération. Pour Sylvain Bourmeau, "trois informations sont révélées, d'abord que Mediapart enquête sur l'éventualité de comptes à l'étranger de Laurent Fabius et que Fabrice Arfi (un journaliste de Mediapart) a rencontré samedi le ministre. Ensuite que Fabius en a informé immédiatement François Hollande, enfin que son avocat a pris l'initiative d'appeler Libération pour apporter un démenti".

"Libération n'a fait que traiter l'angle politique en montrant la tétanie qui frappe l'exécutif dès lors que de telle informations circulent", a estimé M. Bourmeau.

Sur le même sujet