Marine Le Pen envisage une nationalisation temporaire des banques

La présidente du Front national, Marine Le Pen, a estimé dimanche qu'une "nationalisation temporaire des banques", qui ne jouent pas le jeu du financement de l'économie réelle, pourrait s'avérer nécessaire pour relancer l'économie.

AFP
Marine Le Pen envisage une nationalisation temporaire des banques
©AFP Internet

La présidente du Front national, Marine Le Pen, a estimé dimanche qu'une "nationalisation temporaire des banques", qui ne jouent pas le jeu du financement de l'économie réelle, pourrait s'avérer nécessaire pour relancer l'économie.

"Les banques ne jouent pas le jeu et les politiques ont tellement la main molle qu'ils n'arrivent même pas à forcer les banques, que l'on vient pourtant sauver régulièrement, à prêter à l'économie réelle. Et ça, c'est un véritable scandale", a dénoncé la leader frontiste dans l'émission C politique sur France 5.

"La Banque centrale européenne prête aux banques à 1% et ces banques, plutôt que de prêter à l'économie réelle préfèrent se capitaliser. Alors, s'il le faut, il faudra nationaliser les banques de manière temporaire", a-t-elle lancé en expliquant que l'Etat devait avoir un rôle de "stratège".

"La Grande-Bretagne l'a fait et elle a bien fait de le faire. Car là, c'est un peu facile, c'est la communautarisation du risque et la privatisation des profits. Quand elles gagnent de l'argent, c'est pour elle et quand elles en perdent, c'est nous qui devons venir au pot. C'est profondément injuste", a-t-elle martelé.

Pour Marine Le Pen, "les banquiers ont oublié quel était leur rôle: Ce n'est pas de jouer au casino, pas d'essayer de faire des profits délirants dans l'économie virtuelle ou alors à leurs risques, leur rôle, c'est de financer l'économie réelle".

"Alors, je veux bien que l'Etat vienne à leur soutien mais dans ce cas, c'est l'Etat qui contrôle. Or, ce n'est pas le cas", a souligné la présidente du Front national en se déclarant "ennemie de la financiarisation de l'économie".

Sur le même sujet