Pierre Piccinin est vivant

Porté disparu en Syrie depuis plusieurs semaines, l’e nseignant belge Pierre Piccinin "a eu un contact téléphonique avec sa famille", a confirmé vendredi le porte-parole du ministère de Affaires étrangères. Celui-ci s’est toutefois montré discret tant sur la teneur de l’entretien que la localisation de M. Piccinin. Domenico Quirico, le journaliste de "La Stampa" qui se trouvait avec l’enseignant belge, a également pu joindre sa famille en Italie pour la rassurer.

Syrie

Porté disparu en Syrie depuis plusieurs semaines, l’e nseignant belge Pierre Piccinin "a eu un contact téléphonique avec sa famille", a confirmé vendredi le porte-parole du ministère de Affaires étrangères. Celui-ci s’est toutefois montré discret tant sur la teneur de l’entretien que la localisation de M. Piccinin. Domenico Quirico, le journaliste de "La Stampa" qui se trouvait avec l’enseignant belge, a également pu joindre sa famille en Italie pour la rassurer.

De son côté, la radio française Europe 1 a confirmé vendredi matin être sans nouvelles depuis 24 h de deux de ses journalistes qui faisaient route vers Alep. Il s’agit de Didier François, grand reporter au sein de la rédaction habitué des zones sensibles, et du photographe Edouard Elias. L’armée syrienne a lancé depuis quelques jours une offensive dans le nord du pays, où la quasi-totalité de la campagne autour d’Alep est aux mains de la rébellion.

Depuis Tokyo où il se trouve en visite d’Etat, le président François Hollande a appelé à leur libération immédiate. Selon l’Elysée,les deux hommes ont été interceptés à un checkpoint. "Ils ont disparu, il faut faire attention, on ne sait pas qui les a pris, ce sont parfois des groupes d’opposition", soulignait-on dans l’entourage du président.

Par ailleurs, le Conseil de sécurité de l’Onu a demandé au gouvernement syrien d’autoriser les organisations humanitaires à accéder librement à Qousseir (centre de la Syrie), dans une déclaration approuvée également par la Russie, soutien de Damas. L’armée syrienne a repris le contrôle jeudi de cette ville qui était devenue la bastion de la rébellion.

L’Onu a lancé également un appel pour récolter 3,9 milliards d’euros, un record historique, afin aider jusqu’en décembre plus de 10 millions de Syriens qui sont affectés par le conflit, soit près de la moitié de la population du pays.

Enfin, Israël s’inquiète du retrait de l’Autriche de la force des Nations unies déployée sur le Golan, au lendemain de combats entre rebelles et soldats syriens sur cette ligne de cessez-le-feu avec la Syrie, et surtout des risques de débordement du conflit. Le président russe Vladimir Poutine a proposé une force de paix russe pour remplacer le contingent autrichien. G.T. (avec agences)