Brésil: 3.000 manifestants dispersés à la lacrymo devant le Maracana

La police a dispersé avec des bombes lacrymogènes et des balles en caoutchouc quelque 3.000 manifestants qui tentaient de s'approcher du stade Maracana pour protester contre les dépenses colossales de l'organisation du Mondial au Brésil.

AFP
Brésil: 3.000 manifestants dispersés à la lacrymo devant le Maracana
©AFP

La police a dispersé avec des bombes lacrymogènes et des balles en caoutchouc quelque 3.000 manifestants qui tentaient de s'approcher du stade Maracana pour protester contre les dépenses colossales de l'organisation du Mondial au Brésil, juste avant le premier match de la Coupe des Confédérations à Rio, entre l'Italie et le Mexique.

Au moins huit personnes ont été interpellées mais il n'y a eu pour l'instant aucun blessé, selon la police militaire de Rio Janeiro.

Des centaines d'hommes du bataillon de choc, de la police montée et de la force nationale ont encerclé les manifestants qui protestaient pacifiquement, selon une journaliste de l'AFP sur place.

"Je me fiche de la Coupe du monde, je veux santé et éducation", scandaient les manifestants qui tentaient de s'approcher du Maracana entièrement rénové, avant d'être refoulés par la police.

Les manifestants, la plupart des jeunes, dont beaucoup portaient le drapeau brésilien en cape, se sont dispersés rapidement.

"La démocratie brésilienne est encore très jeune, on ne nous laisse pas protester", a déploré Fabio Gomes, un producteur culturel de 33 ans alors qu'il courait en se frottant les yeux irrités par les bombes lacrymogènes.

Deux policiers ont indiqué que les manifestants étaient plus de 3.000 et qu'on en attendait 5.000 au total. Mais selon la police militaire, le nombre officiel des manifestants n'était que de 300.

Ils avaient commencé à se mélanger aux supporteurs qui arrivaient pour assister au match prévu à 16H00 (19h00 GMT), Mexique-Itlaie.

Une forte barrière policière, dont les hommes du bataillon de choc, a d'abord refoulé les manifestants, ne laissant passer que les supporteurs qui montraient leur billet, avant de charger.

Samedi, lors de l'ouverture de la Coupe des Confédérations à Brasilia où se déroulait le match Brésil-Japon, la police a dispersé une manifestation similaire avec des bombes lacrymogènes et des balles en caoutchouc: 33 personnes ont été blessées et 20 autres arrêtées.

D'intenses manifestations se sont multipliées au cours des derniers jours contre la vie chère et la facture colossale de la Coupe du Monde de 2014 qui s'élève à 15 milliards de dollars.