Brésil: le pouvoir tente de désamorcer la fronde

Selon le site du journal Folha de Sao Paulo, le maire de Sao Paulo, Fernando Haddad doit participer à la réunion qui porterait sur les moyens de faire marche arrière en abaissant le prix des transports publics.

Belga
Brésil: le pouvoir tente de désamorcer la fronde
©REPORTERS

Des milliers de Brésiliens se sont de nouveau rassemblés mardi soir à Sao Paulo, où la présidente Dilma Rousseff devait s'entretenir avec son mentor politique, l'ex-président Lula, au lendemain de manifestations historiques dans tout le pays.

Jouant l'appaisement, Mme Roussef avait promis le matin à Brasilia que son gouvernement était "à l'écoute" des aspirations légitimes des 250.000 manifestants qui ont envahi lundi les grandes villes du pays, en pleine Coupe des Confédérations et à un an du Mondial-2014.

La présidente a annoncé sans donner de détails qu'elle se rendait à Sao Paulo pour rencontrer M. Lula da Silva.

Selon le site du journal Folha de Sao Paulo, le maire de Sao Paulo, Fernando Haddad doit participer à la réunion qui porterait sur les moyens de faire marche arrière en abaissant le prix des transports publics.

Plus tôt dans la journée, M. Haddad avait annoncé qu'il acceptait d'analyser les revendications après une réunion avec des représentants du mouvement pour la gratuité des transports qui campent fermementsur leurs positions.

Porto Alegre, Recife et d'autres grandes villes brésiliennes ont déjà annoncé mardi des réductions des prix des transports publics, dont la hausse est à l'origine d'une fronde née à Sao Paulo et qui s'est étendue comme une traînée de poudre à l'ensemble du pays.

Mardi soir, quelque 10.000 manifestants, selon la police, 50.000 selon l'institut Datafolha, ont commencé de nouveau à défiler dans le centre de Sao Paulo. Certains faisaient le siège de la mairie, où la police a tiré quelques gaz lacrymogènes lorsque quelques manifestants ont tenté d'en forcer l'entrée.


Sur le même sujet