Montebourg et les menottes de Sarkozy

Le ministre du Redressement productif s'est "lâché" dans les colonnes du New York Times.

Montebourg et les menottes de Sarkozy
©AFP
A. He.

Chantre de la démondialisation, ardent défenseur du Made in France, Arnaud Montebourg fait figure de chevalier blanc face aux géants du capitalisme. Parfois moqué pour ses attitudes "romantiques" sur le plan économique, le ministre du Redressement productif faisait l'objet d' un face-à-face intéressant avec Maureen Dowd, éditorialiste au prestigieux New York Times.

Au cours de cet entretien, l'enfant terrible du PS revient notamment sur ses ambitions présidentielles. "J'ai échoué la première fois, cela ne veut pas dire que ce la se reproduira la 2e", assène-t-il. Qu'on se le dise, Arnaud Montebourg sera bel et bien de la partie en 2017 ! Le fauteuil de François Hollande semble même être une véritable obsession pour le socialiste de 50 ans. "J’ai beaucoup d’ambition. Je ne l’ai jamais dissimulé", déclarait-il au Figaro en février. "Je n’ai pas besoin de dire que je pense à la présidence de la République en me rasant. J’y pense depuis des années en me brossant les dents."  Des dents qu'il a longues. Très longues.

Un duel Montebourg - Sarkozy en 2017 ?


En cas de victoire à la primaire socialiste, l'ancien compagnon d'Audrey Pulvar, pourrait retrouver Nicolas Sarkozy sur sa route vers l'Elysée. Même si l'ancien Président de la République n'a pas encore annoncé officiellement son retour à la politique, il fait de moins en moins de doutes que "Sarko" reprendra bientôt les rênes de l'UMP. Or, on sait que les deux hommes ne s'apprécient que très peu. En avril 2012, Montebourg qualifiait son rival potentiel de "gamin mal élevé, qui utilise la France comme un jouet qui ne lui appartient pas".  Bref, les échanges devraient être musclés en cas de débat entre les deux hommes.

Mais celui qui est attendu comme un Messie par toute la droite est aujourd'hui pris dans plusieurs affaires qui sentent le souffre. Entre le financement supposé de sa campagne par Mouammar Kadhafi et le dossier Bettencourt, le dernier homme (vraiment) fort de l'UMP risque de voir son grand come-back avorté. Une hypothèse à laquelle croit Montebourg. Sarkozy peut-il réussir à revenir ? "Peut-être... Peut-être avec des menottes", répond-il. Ambiance...

Sur le même sujet