Birmanie: tous les prisonniers politiques vont être libérés

Le président birman Thein Sein a déclaré lundi à Londres que tous les prisonniers politiques de Birmanie seraient libérés d'ici la fin de l'année et qu'un cessez-le-feu avec les groupes ethniques serait possible dans les prochaines semaines.

AFP
Birmanie: tous les prisonniers politiques vont être libérés
©AP

Le président birman Thein Sein a déclaré lundi à Londres que tous les prisonniers politiques de Birmanie seraient libérés d'ici la fin de l'année et qu'un cessez-le-feu avec les groupes ethniques serait possible dans les prochaines semaines.

"Je vous garantis que d'ici la fin de cette année il n'y aura plus de prisonniers d'opinion en Birmanie", a déclaré le président Thein Sein devant les participants d'un groupe de réflexion à la Chatham House de Londres.

Pour le président Thein Sein, la Birmanie "ne vise rien d'autre que de procéder à une transition d'un demi-siècle de gouvernement militaire et d'autoritarisme à la démocratie".

Le président Thein Sein a également fait part de son optimisme sur la possibilité de mettre fin aux décennies de conflit qui ont fait rage entre le gouvernement birman et plus d'une dizaine de groupes ethniques depuis que le pays à acquis son indépendance de la Grande-Bretagne en 1948.

"Il est très probable que nous obtenions un cessez-le-feu à l'échelon national et que les armes se taisent en Birmanie pour la toute première fois depuis 60 ans", a-t-il dit.

Actuellement en visite à Londres, le président birman est attendu à Paris les 17 et 18 juillet.

Lundi, plusieurs associations de défense des droits de l'homme ont demandé au président français François Hollande "de ne pas passer sous silence la situation des droits de l'homme en Birmanie".

En mars, l'homme qui a sorti la Birmanie de son isolement en réintégrant l'opposante Aung San Suu Kyi dans le jeu politique et en libérant des centaines de prisonniers politiques s'était déjà rendu en Europe, notamment en Norvège, en Autriche et à Bruxelles.