Le sang coule en Irak et en Syrie

Les derniers attentats ont eu lieu à Bagdad, où 4 véhicules piégés ont fait 12 victimes. En Syrie, c'est Damas qui saigne ce mardi, où dix personnes ont perdu la vie.

AFP
Le sang coule en Irak et en Syrie
©AP

Au moins 17 personnes ont été tuées et des dizaines blessées mardi soir dans de nouvelles violences en Irak, a-t-on appris de sources policières et médicales. A Bagdad, une série d'attentats visiblement coordonnés, à l'aide d'au moins quatre voitures piégées et trois engins explosifs, ont frappé quatre quartiers faisant 12 morts et une quarantaine de blessés. Ces attentats interviennent huit jours après une série d'attaques coordonnées à la voiture piégée contre des quartiers à majorité chiite à Bagdad et dans le sud du pays qui avait fait une soixantaine de morts.

Ils surviennent alors que les forces de sécurité mènent de vastes opérations visant les groupes armés dans plusieurs provinces du pays particulièrement dans le nord-est de l'Irak où les attentats sont quasi-quotidiens.

Au nord-est de Bagdad, deux extrémistes ont été abattus dans la région de Mouqdadiya, alors qu'ils transportaient des explosifs à bord de deux camions, a-t-on appris auprès des autorités. Un policier en civil a également été abattu par des hommes en moto devant son domicile à Falloujah, dans l'ouest du pays, tandis que deux autres personnes étaient tuées et quatre blessées dans l'explosion d'une bombe à leur domicile à Khanaqin, dans l'est de l'Irak.

L'Irak connaît un regain de violences inédit depuis cinq ans, attribué surtout aux tensions confessionnelles exacerbées par la paralysie politique. Un millier de personnes ont été tuées en juillet, selon un bilan publié jeudi par l'ONU.

Syrie: dix morts et 56 blessés dans un attentat près de Damas

Dix personnes ont été tuées et 56 autres ont été blessées dans un attentat à la voiture piégée, mardi en fin d'après-midi, dans la banlieue druzo-chrétienne de Damas, selon la télévision d'Etat syrienne. "Dix personnes ont trouvé la mort, dont des enfants, et 56 ont été blessées dans une explosion terroriste causée par une voiture piégée sur la place Siouf à Jaramana", a indiqué la chaîne officielle, en référence à une localité à majorité chrétienne et druze à l'est de la capitale.

Le 25 juillet, sur cette même place de Jaramana, sept personnes avaient été tuées et plus de 60 blessées dans l'explosion d'une voiture piégée.