Egypte: le fils du chef des Frères musulmans tué

Cette annonce est intervenue alors que la police égyptienne assiégeait samedi matin une mosquée du Caire, où sont retranchés de nombreux manifestants islamistes. On a également appris l'arrestation du frère du chef d'Al-Qaïda Ayman al-Zawahiri pour "soutien à Morsi".

AFP
Egypte: le fils du chef des Frères musulmans tué
©AFP

Le frère du chef d'Al-Qaïda Ayman al-Zawahiri a été arrêté samedi en Egypte, pour "soutien" au président islamiste déchu Mohamed Morsi, ont annoncé des responsables des services de sécurité à l'AFP.

Ces sources, qui s'exprimaient sous le couvert de l'anonymat, ont précisé que Mohamed al-Zawahiri, un Égyptien qui vit au Caire, a été arrêté à Guizeh, dans la banlieue de la capitale.

Le fils du chef des Frères musulmans tué 

Le fils de Mohamed Badie, guide suprême des Frères musulmans, la confrérie du président islamiste déchu Mohamed Morsi, a été tué par balles vendredi au Caire dans les heurts entre forces de l'ordre et manifestants pro-Morsi, a annoncé la confrérie samedi.

Bilan officiel de 173 morts en 24H

Au moins 173 personnes ont été tuées dans toute l'Égypte depuis vendredi dans les heurts entre manifestants partisans du président islamiste déchu Mohamed Morsi et les forces de l'ordre qui avaient reçu l'autorisation d'ouvrir le feu, a annoncé samedi le gouvernement.

Un précédent bilan à partir de chiffres officiels et d'un décompte de l'AFP faisait état de 83 morts au moins. Depuis trois jours, 57 policiers ont été tués, selon le porte-parole du gouvernement, qui n'a pas précisé s'ils venaient ou non s'ajouter au 173 morts.

"L'inquiétude croissante" du pape

Le pape François "continue à suivre avec une inquiétude croissante les graves informations en provenance d'Égypte", selon une déclaration de la salle de presse du Vatican citée samedi par l'agence Ansa.

Le pape "continue à prier et à souhaiter que cesse la violence et que les parties en présence choisissent la voie du dialogue et de la réconciliation", conclut la déclaration.

Le pape François avait déjà prié jeudi lors de son Angélus pour les victimes des violences sanglantes en Egypte, ainsi que "pour la paix, le dialogue et la réconciliation dans cette chère terre".

Cette déclaration est intervenue alors que la police égyptienne assiégeait samedi matin une mosquée du Caire, où sont retranchés de nombreux manifestants islamistes, faisant craindre une escalade dans le pays où les pro-Morsi appellent à une nouvelle mobilisation au lendemain de manifestations meurtrières.



Sur le même sujet