L'histoire incroyable d'un jeune islandais qui a espionné Wikileaks

D'abord bénévole au sein de l'association de Julain Assange, Sigurdur Thordarson a retourné sa veste pour devenir indic à la solde du FBI. Récit.

L.Be
L'histoire incroyable d'un jeune islandais qui a espionné Wikileaks
©Reporters

En 2010, Sigurdur Thordarson, "un adolescent trapu au visage poupin et aux cheveux blonds", rencontre Julian Assange, le fondateur de Wikileaks, lors d'une conférence. Il tombe tout de suite admiratif devant "sa personnalité hors-norme". Etudiant en informatique et en psychologie, cet Islandais de 20 ans adhère rapidement à sa cause et devient bénévole pour l'association. Pourtant, moins de deux ans plus tard, il livrera des informations cruciales au FBI au sujet de ses membres. Slate.com est parvenu à retracer son parcours.

"Ce qui lui plaisait, c’était principalement les sensations fortes. Et côtoyer une association qui publiait des documents gouvernementaux confidentiels lui procurait une excitation sans pareille", a pu constater le journaliste après une série d'entretiens. Le début de son aventure au sein de la famille Wikileaks se passe bien, l'ado est apprécié et se fait doucement une place. Il accompagne même Julian Assange au tribunal. Une photo publiée par le site en témoigne.


Mais en 2011, l'Islandais va un peu trop loin en demandant à un groupe de pirates informatiques recherché par le FBI d'obtenir des informations au sujet du gouvernement islandais pour le compte de Wikileaks. Mais l'association démentira rapidement avoir donné son aval pour une telle manœuvre. Quelques mois plus tard, le 23 août, Thordarson retourne sa veste, peut-être pour se racheter une conscience, ou par lassitude. Nul ne le sait. Ainsi, en plein milieu de la nuit, Thordarson "écrit un message destiné aux services de l’ambassade américaine des Etats-Unis à Reykjavik". Son but ? Entrer en contact avec eux pour leur livrer des informations sur Wikileaks. La machine est lancée et, rapidement, le FBI entre en contact avec lui. Il devient alors leur indic au sein de l'association.

D'après des informations du site Wired, le jeune islandais serait parvenu à fournir aux fédéraux pas moins de huit disques durs contenant des copies de mails, et des photographies. Entre temps, il ouvre un site pour vendre des tee-shirts à l'effigie de Wikileaks, ce qui lui vaut d'en être renvoyé. Mais cela ne l'empêche pas de mener son "enquête", et ce jusqu'en février 2013. A cette date, la double vie du jeune homme prend fin, les autorités islandaises ayant mis en lumière les agissements du FBI pour collecter des informations sur l'association. Le jeune indic est alors contraint de tout avouer au fondateur de Wikileaks qui, bien sûr, digère mal la nouvelle.

A l'heure actuelle, Thordason n'est pas convaincu de la fin de sa collaboration avec le FBI. Le journaliste précise en effet "qu'il affirme que ses contacts au sein du Bureau lui ont dit qu’on pourrait lui demander de témoigner devant un tribunal dans l’affaire WikiLeaks."  Quoi qu'il en soit, Sigurdur Thordarson a pris ses distances avec l'association de Julian Assange et travaille aujourd'hui pour des entreprises proposant des entraînements en sécurité et en protection rapprochée.