L'Allemagne prête à aider à détruire les armes chimiques syriennes

L'Allemagne "est prête à fournir une aide financière et technique" pour détruire les armes chimiques syriennes, a déclaré samedi à New York son ministre des Affaires étrangères Guido Westerwelle, au lendemain d'une décision en ce sens du Conseil de sécurité.

L'Allemagne prête à aider à détruire les armes chimiques syriennes
©AP
AFP

L'Allemagne "est prête à fournir une aide financière et technique" pour détruire les armes chimiques syriennes, a déclaré samedi à New York son ministre des Affaires étrangères Guido Westerwelle, au lendemain d'une décision en ce sens du Conseil de sécurité.

"Ces armes doivent être totalement détruites selon un calendrier strict", a-t-il souligné à la tribune de l'assemblée générale de l'ONU. "L'utilisation d'armes chimiques est un crime contre la civilisation (..) et doit être sanctionnée", a-t-il insisté.

M. Westerwelle n'a pas précisé la nature, ni le montant de l'aide que l'Allemagne envisage d'apporter.

Tout en se félicitant de la résolution adoptée vendredi soir, qui contraint Damas à éliminer ses quelque 1.000 tonnes d'armes chimiques en moins d'un an, il a affirmé que des Syriens "continuent d'être tués tous les jours par des armes conventionnelles".

Le ministre allemand a appelé à une "solution politique" et salué l'annonce par l'ONU de la convocation possible, en novembre, d'une conférence de paix "dont les détails doivent encore être clarifiés".

"Cette semaine à New York a été encourageante", a résumé M. Westerwelle, qui a jugé qu'un "nouveau départ" avait également été donné aux relations difficiles entre l'Iran et l'Occident.

Les entretiens à New York avec le nouveau président iranien Hassan Rohani et son ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif "ont été encourageants", a-t-il estimé, mais il faut désormais "rebâtir la confiance".

"L'Iran doit lever tous les doutes de la communauté internationale sur la nature exclusivement pacifique de son programme nucléaire", a-t-il dit.

L'Allemagne fait partie du groupe dit "5+1" qui comprend aussi les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni) et négocie régulièrement avec l'Iran sur son programme nucléaire controversé. De nouvelles négociations sont prévues à la mi-octobre à Genève.

"L'Allemagne est prête à mener les négociations de manière constructive mais la rhétorique nouvelle venue de Téhéran doit être suivie d'effet (..) dès maintenant", a-t-il souligné.

Les Occidentaux soupçonnent l'Iran de vouloir acquérir l'arme atomique sous couvert de son programme nucléaire civil, ce que Téhéran dément.

Sur le même sujet