Directive tabac: le vote est positif, mais...

Le vote de la directive sur les produits du tabac mardi midi a été globalement bien accueilli par les députés belges au parlement européen, même si certains aspects du texte final en déçoivent quelques-uns.

Belga et Rédaction en ligne
Directive tabac: le vote est positif, mais...
©Photo News

Le vote de la directive sur les produits du tabac mardi midi a été globalement bien accueilli par les députés belges au parlement européen, même si certains aspects du texte final en déçoivent quelques-uns. La députée MR Frédérique Ries s'est par contre félicitée que son amendement, visant à faire de la cigarette électronique un produit du tabac soumis à un contrôle strict plutôt qu'un médicament. "Il y a à boire et à fumer dans le résultat de ce vote. Nous aurions pu aller plus loin mais il s'agit bien d'une avancée car l'industrie du tabac n'est plus inattaquable en Europe, le symbole est donc fort", a déclaré le député PS Marc Tarabella, qui déplore que la cigarette électronique ne soit pas considérée comme un produit pharmaceutique, soumis donc à un contrôle renforcé.

Marianne Thyssen, membre du Parti populaire européen (PPE), s'est réjouie que le parlement européen protège les jeunes du tabac. "C'est un bon objectif, car plus de 94% des fumeurs actuels ont commencé à fumer avant l'âge de 25 ans, et 70% même avant l'âge de 18 ans. C'est pourquoi nous voulons tout faire pour éviter que des jeunes à l'avenir se laissent séduire par cette habitude dangereuse, aliénante et mauvaise pour leur santé", a-t-elle commenté mardi après-midi. Mme Thyssen émet le voeu que le processus législatif soit totalement terminé pour les prochaines élections européennes, en mai 2014.

Avoir bouclé le processus pour les élections européennes, c'est également le souhait de Guy Verhofstadt (Open Vld/ALDE). Si la directive peut décourager les jeunes de commencer à fumer, elle pourra aussi réveiller les consciences des citoyens européens, espère-t-il. "Le tabac reste la cause principale des maladies et décès évitables. Cela ne suscite pas uniquement des drames personnels, mais pèse aussi lourdement sur les assurances-maladies des pays", a-t-il relevé.

Résistance au lobbies

Pour la députée MR/ALDE Frédérique Ries, le parlement a prouvé par son vote qu'il résiste aux lobbies de l'industrie du tabac. Elle s'est réjouie particulièrement que son amendement visant à assurer un accès sûr et libre à la cigarette électronique ait été adopté à une très large majorité. "On marchait sur la tête, dans ce bulldozer pour en faire un médicament! En la soumettant à la procédure d'autorisation de mise sur le marché, on aurait tué le marché de la cigarette électronique, en n'en limitant l'accès qu'aux géants pharmaceutiques ou du tabac."

Elle a par contre déploré que les cigarettes fines n'aient finalement pas été bannies et que les cigarettes mentholées bénéficient d'un "sursis" de huit ans avant leur disparition totale.

La députée sp.a Kathleen van Brempt a pour sa part regretté que les lobbies du tabac aient en partie obtenu gain de cause. "Je suis très déçue de la manière dont les intérêts d'un secteur qui cause annuellement 700.000 morts ont la primeur dans un parlement sur la santé publique européenne", a-t-elle déclaré à l'issue du vote. Elle a ainsi point le report de l'interdiction des cigarettes mentholées, de même que les avertissements plus restreints sur les paquets que ce que souhaitait la Commission européenne. Mme van Brempt a cependant salué le vote du mandat qui permettra peut-être d'adopter définitivement la directive avant les élections.

Du côté du groupe des Verts, on relève que "ce vote était politiquement et symboliquement de la plus haute importance car il montre qui gouverne vraiment à Bruxelles". "Le vote d'aujourd'hui nous déçoit car il abaisse les avertissements sanitaires à 65%, conserve les cigarettes 'slims' et ne prévoit l'interdiction du menthol que dans un délai de 8 ans", ont commenté les écologistes.

Quant à Laurette Onkelinx, elle salue le résultat d'un vote qui se situe "dans la lignée de la position défendue par la Belgique". Pour la ministre de la Santé, "ce vote permettra à l’Europe d’unifier sa politique en matière de tabac et de mettre en œuvre un ensemble de mesures cohérentes qui poursuivent toutes le même objectif : faire reculer la consommation des produits de tabac et éviter ainsi que les jeunes commencent à fumer".