Les Etats-Unis saluent le prix Nobel de la Paix, Malala reçue à la Maison Blanche

Le président américain Barack Obama et son secrétaire d'Etat John Kerry ont salué vendredi l'attribution du prix Nobel de la paix à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), à l'oeuvre en Syrie. Malala,un temps pressentie pour le prix Nobel de la paix,a été reçue à la Maison Blanche.

AFP
Les Etats-Unis saluent le prix Nobel de la Paix, Malala reçue à la Maison Blanche
©Photonews

Le président américain Barack Obama et son secrétaire d'Etat John Kerry ont salué vendredi l'attribution du prix Nobel de la paix à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), à l'oeuvre en Syrie.

"Le président Obama félicite l'OIAC pour son prix Nobel, qui renforce l'engagement de la communauté internationale vis-à-vis d'une interdiction du recours aux armes chimiques", a affirmé le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney, dans un communiqué.

De même source, "les Etats-Unis soutiennent fermement l'OIAC, et son travail de concert avec les Nations unies, pour faire en sorte que les stocks d'armes chimiques de la Syrie soient placés sous contrôle international et en fin de compte détruits", a ajouté M. Carney.

"Aujourd'hui, nous appelons à nouveau tous les pays à oeuvrer pour mettre fin à un conflit qui a coûté la vie à plus de 100.000 Syriens et à soutenir les efforts de l'OIAC, dans l'espoir que les générations futures vivront dans un monde sans l'horreur des armes chimiques", a encore dit le porte-parole.

De son côté, M. Kerry a affirmé que "le monde n'oubliera jamais la mort de plus de 1.000 innocents Syriens, tués dans une attaque insensée avec des armes chimiques le 21 août. Il ne pourrait y avoir de rappel plus saisissant de la raison pour laquelle, depuis plus de 100 ans, la communauté internationale a repoussé l'usage de telles armes bien au-delà des limites définissant une conduite acceptable".

"Depuis cette attaque horrible, l'OIAC a réalisé un travail extraordinaire en un temps record pour répondre à cette violation flagrante du droit international", a encore rappelé le chef de la diplomatie américaine dans un communiqué.

"La semaine dernière, avec le soutien total des Nations unies, les inspecteurs de l'OIAC ont franchi les premières étapes, critiques, vers l'objectif" d'éliminer les armes chimiques en Syrie, a-t-il ajouté.

"Aujourd'hui, le comité Nobel a reconnu justement leur courage et leur détermination à mener cette mission essentielle au coeur de la guerre en cours en Syrie", a poursuivi M. Kerry. "A cette occasion, je pense aussi tout particulièrement aux plus de 100.000 Syriens morts dans ce sanglant conflit, et à la nécessité pour la communauté internationale dans son ensemble de redoubler ses efforts pour y mettre un terme", a-t-il conclu.

John Kerry est arrivé vendredi à Kaboul pour une visite surprise, avant de se rendre samedi à Paris puis à Londres.


Malala Yousafzaï reçue à la Maison Blanche par Barack et Michelle Obama

La jeune Pakistanaise Malala Yousafzaï, qui a survécu à une tentative d'assassinat des talibans il y a un an, a été reçue vendredi par Barack Obama et sa femme Michelle dans le Bureau ovale à la Maison Blanche.

Malala, récipiendaire du prix Sakharov du Parlement européen jeudi, oeuvre de manière "impressionnante et inspirée" pour le compte des jeunes filles au Pakistan, a souligné le couple présidentiel.

La fille aînée des Obama, Malia, était également présente.

"Les Etats-Unis se joignent au peuple pakistanais et à tant d'autres à travers le monde pour célébrer le courage de Malala et sa détermination à promouvoir le droit de toutes les jeunes filles d'aller à l'école et de réaliser leurs rêves", a ajouté un communiqué de la Maison Blanche. "Nous saluons les efforts de Malala pour aider à réaliser ces rêves".

L'adolescente, un temps pressentie pour le prix Nobel de la paix, a survécu à une attaque des talibans la visant spécifiquement le 9 octobre 2012 à Mingora, au Pakistan, où les insurgés avaient imposé leur version radicale de la loi islamique entre 2007 et 2009.

Elle a depuis accédé au rang de militante internationale pour le droit à l'éducation et contre l'extrémisme religieux, et s'est notamment exprimée à la tribune des Nations Unies.