USA : "De nouvelles sanctions contre l'Iran seraient contre-productives"

La Maison Blanche a mis en garde le Congrès américain mardi contre le vote de nouvelles sanctions économiques visant l'Iran, qui seraient à ses yeux contre-productives au moment où s'ouvre une "fenêtre diplomatique" sur le programme nucléaire de Téhéran.

AFP
USA : "De nouvelles sanctions contre l'Iran seraient contre-productives"
©AP

La Maison Blanche a mis en garde le Congrès américain mardi contre le vote de nouvelles sanctions économiques visant l'Iran, qui seraient à ses yeux contre-productives au moment où s'ouvre une "fenêtre diplomatique" sur le programme nucléaire de Téhéran.

"Si le Congrès ajoutait de nouvelles sanctions avant que nous puissions tester cette fenêtre diplomatique, ce serait préjudiciable à notre réputation quant au but de ces sanctions", a déclaré le porte-parole adjoint du président Barack Obama, Josh Earnest.

"Nous ne sanctionnons pas les Iraniens pour les punir. Ces sanctions sont en place pour faire pression sur l'Iran afin qu'il envisage d'emprunter la voie diplomatique", a assuré M. Earnest, qui a participé à un court point de presse mardi matin en marge d'une visite de M. Obama à Los Angeles.

"Cette occasion diplomatique s'est présentée, et nous devrions l'explorer", a conclu M. Earnest, trois jours après que l'Iran et les grandes puissances sont tombées d'accord à Genève sur un plan gelant les activités nucléaires de la république islamique en échange d'un allègement de certaines sanctions économiques, le temps d'essayer de conclure un marché plus large dans les six mois à venir.

Le secrétaire d'Etat John Kerry a de son côté enregistré un message vidéo qui devait être envoyé plus tard mardi à tous les membres du Congrès, dans lequel il met en garde contre l'adoption de nouvelles sanctions durant la période de six mois couverte par l'accord de Genève.

"Il (M. Kerry) comprend bien que le débat sera difficile mais selon lui tout ne doit pas forcément faire l'objet d'une épreuve de force", a déclaré la porte-parole du département d'Etat, Jennifer Psaki, à des journalistes.

"Cette vidéo fait partie de nos efforts pour nous assurer que le débat sur cette question se fonde sur des faits et non sur des rumeurs ou autre chose", a-t-elle insisté, précisant que John Kerry allait souligner "qu'adopter de nouvelles sanctions durant la période de négociations n'aiderait pas et pourrait même compromettre le succès" de l'accord intérimaire avec Téhéran.

Lundi à San Francisco, le président Obama, confronté aux critiques d'élus républicains et d'Israël, avait défendu le processus diplomatique avec l'Iran. "Parler comme un dur et fanfaronner est peut-être facile à faire d'un point de vue politique, mais ce n'est pas ce qu'il faut faire pour notre sécurité", avait-il avancé.

Des élus du Congrès, démocrates et républicains, ont indiqué le week-end dernier qu'ils préparaient un renforcement des sanctions actuelles des Etats-Unis contre l'Iran, mais qu'elles n'entreraient en vigueur que si Téhéran ne respectait pas l'accord conclu à Genève.

L'accord de Genève est valide six mois et doit conduire à un accord global d'ici un an.

Pour Jennifer Psaki, de nouvelles sanctions viendraient "violer l'esprit" de cet accord et pourraient diviser les grandes puissances du groupe 5+1 (Etats-Unis, Royaume-Uni, France, Chine, Russie et Allemagne).