Une grue tombe sur le stade d'ouverture du Mondial, deux morts

Le stade de Sao Paulo (Brésil) doit accueillir le match d'ouverture de la Coupe du Monde 2014.

AFP
Une grue tombe sur le stade d'ouverture du Mondial, deux morts
©AP

Deux ouvriers sont morts mercredi dans un accident au stade en travaux de Sao Paulo qui accueillera le match d'ouverture du Mondial-2014 de football le 12 juin, ont indiqué à l'AFP la police et les pompiers.

"Le bilan initial était de trois morts, mais il a été revu à deux morts et un blessé qui a été transporté à l'hôpital", a déclaré à l'AFP un porte-parole de la police.

"Une grue est tombée sur les travaux", a-t-il expliqué.

Ce bilan a été confirmé par les pompiers de Sao Paulo sur leur compte Twitter.

Selon le site du journal O Estado de San Paulo, une structure métallique en phase de montage s'est effondrée, entraînant dans sa chute une grue qui est tombée sur un écran géant du stade.

Des véhicules de pompiers, des ambulances et un hélicoptère de la police militaire ont été immédiatement envoyés sur place.

Les secouristes ont sécurisé la zone, à la recherche d'éventuels blessés.



Un ouvrier du chantier, José Mario da Silva, 48 ans, cité par le site d'information G1, a indiqué que l'accident s'était produit à l'heure de la pause déjeuner.

"Je suis passé sous cette structure pour aller déjeuner. Si cela s'était produit à un autre moment, beaucoup d'autres personnes auraient pu mourir, a-t-il témoigné.

"Moi-même, je pourrais être mort. J'ai seulement entendu de loin un grand fracas", a ajouté cet ouvrier.

Il a souligné que l'accident s'était produit "lors du montage par une grue du dernier morceau de la couverture du stade, qui était le plus lourd".

Le stade de San Paulo fait partie des six stades lancés dans une course contre-la-montre pour être livrés à la date butoir du 31 décembre fixée par la Fédération internationale de football (Fifa) en vue du Mondial.

Le tirage au sort des groupes du Mondial est programmé le 6 décembre à Costa do Sauipe, un complexe touristique de luxe dans l'Etat de Bahia.

Les travaux ont été immédiatement interrompus et les ouvriers libérés pour le reste de la journée, selon les médias brésiliens.

Il s'agit du troisième accident mortel dans un des stades du Mondial.

Un ouvrier s'était tué lors d'une chute en juin 2012, au stade de Brasilia.

En mars dernier, un autre ouvrier avait fait une chute mortelle au stade Arena da Amazonia, à Manaus.


Travaux retardés?

L'accident qui a coûté  la vie à deux ouvriers au stade de Sao Paulo pourrait retarder les travaux qui doivent être finis avant la fin de l'année, selon les autorités et l'entreprise responsable.

Le stade connu comme "Itaquerao" et qui accueillera le match d'ouverture du Mondial-2014 le 12 juin prochain devrait être remis au plus tard le 31 décembre à la Fédération internationale de football, tout comme les cinq autres stades brésiliens encore en travaux.

Les conséquences possibles sur le calendrier des travaux seront "connues après une expertise", a déclaré lors d'une conférence de presse Andrés Sanchez, ex-président et porte-parole du club Corinthians, propriétaire du stade.

"Je ne veux rien savoir de la Fifa ni de rien du tout, nous sommes préoccupés pour les familles" des victimes, a-t-il lancé devant l'insistance des journalistes.

Un tiers des travaux actuellement en cours dans le stade ont été interrompus pour faciliter le travail des autorités, a indiqué la Défense civile.

Le parquet de Sao Paulo a ouvert une enquête sur les cause de l'accident. Il a indiqué dans un communiqué que les travaux seraient paralysés, "seulement si les éléments techniques en démontraient la nécessité".

Le syndicat des travailleurs de la construction lourde (Sintrapav) a exigé l'arrêt immédiat du chantier pendant l'enquête.

"Il s'agit du troisième accident (meurtrier à Sao Paulo) ces derniers mois. Ca dépasse les bornes. Ce n'est pas tolérable", a déclaré à l'AFP le président de ce syndicat, Antonio Bekeredjian.

Un responsable de l'entreprise chargée des travaux, Odebrecht, a assuré que la structure du stade n'avait "pas été affectée".

"C'était une pièce métallique du toit. La dernière à installer, identique à une déjà montée", a-t-il expliqué.