Hommage à Mandela: Obama salue "un géant de l'histoire"

De nombreuses personnalités ont participé à la cérémonie d'hommage à Nelson Mandela organisée ce mardi en Afrique du Sud. Plusieurs d'entre elles se sont exprimées solennellement. Découvrez toutes les réactions!

Hommage à Mandela: Obama salue "un géant de l'histoire"
©AP
AFP

Plusieurs dizaines de milliers de Sud-Africains se sont rassemblés mardi dans l'enceinte du FNB Stadium de Soweto autour de centaines de chefs d'Etat et de gouvernement des quatre coins de la planète pour rendre un dernier hommage à Nelson Mandela, décédé jeudi dernier. Parmi les hommages les plus remarquables, la foule aura retenu celui du président Barack Obama qui a salué "un géant de l'Histoire". La pluie battante qui tombait mardi sur Johannesburg a probablement dissuadé nombre de Sud-Africains de faire le déplacement jusqu'au FNB Stadium. L'enceinte, capable d'accueillir plus de 90.000 personnes dans sa configuration optimale, n'était remplie qu'aux deux tiers pour cet hommage historique au fondateur de la nation arc-en-ciel, Nelson Mandela, décédé jeudi passé à l'âge de 95 ans. Les autres stades de Johannesburg qui retransmettent la cérémonie sont eux quasiment vides.

Cette cérémonie d'obsèques, qui rassemble un nombre record de dignitaires étrangers selon le gouvernement sud-africain, s'est ouverte au son de "Nkosi sikelel' iAfrika" (Que Dieu bénisse l'Afrique), l'hymne national sud-africain.


Le discours remarqué d'Obama

Le président américain Barack Obama a salué en Nelson Mandela "un géant de l'histoire", lors de la cérémonie d'hommage officielle au père de la Nation arc-en-ciel mardi à Soweto. "C'est difficile de faire l'éloge de n'importe quel homme (...) mais c'est encore plus difficile pour un géant de l'histoire qui a mené une Nation vers la justice", a déclaré Barack Obama, chaleureusement applaudi à son arrivée sur l'estrade.

Face à un parterre de chefs d'état du monde entier où figuraient le vice-président chinois, Li Yuanchao, le président cubain, Raul Castro (à qui Barack Obama a par ailleurs serré la main) et le président du Zimbabwe, Robert Mugabe, Barack Obama a fustigé les dirigeants qui se disent "solidaires" du combat mené par Nelson Mandela, mais répriment leur opposition, lors de la cérémonie d'hommage officiel au héros de la paix et du pardon.

"Il y a trop de dirigeants qui se disent solidaires du combat de Nelson Mandela pour la liberté mais ne tolèrent pas d'opposition de leur propre peuple", a-t-il déclaré devant un parterre de dignitaires étrangers, dont certains leaders autoritaires, réunis à Soweto.


Ban Ki-Moon: "Au-delà de la mort, Madiba unit les dirigeants du monde"

Même dans la mort, Nelson Mandela a réussi à "unir" des dirigeants aux opinions différentes, a souligné mardi le secrétaire général de l'ONU. Le premier président noir d'Afrique du Sud, décédé jeudi, "détestait la haine", a rappelé Ban Ki-moon lors d'une cérémonie à Soweto.

"Il a montré la force puissante du pardon, et sa capacité à unir les gens", a-t-il poursuivi. Et aujourd'hui, "il l'a refait".

"Regardez ce stade: nous voyons des dirigeants qui représentent de nombreuses opinions et des gens de toutes les classes sociales. Ils sont tous là unis", a constaté M. Ban.

Une centaine de chefs d'Etat et de gouvernement se trouvaient dans les tribunes du stade Soccer City de Soweto, venus des Etats-Unis, de Chine, de Cuba, d'Afghanistan ou encore des Territoires palestiniens. "Nelson Mandela nous a montré le chemin avec un coeur plus grand que ce stade et un sourire contagieux qui (...) a éclairé le monde", a ajouté le secrétaire général de l'ONU.

"L'Afrique du Sud a perdu un héros, un père, le monde a perdu un ami cher et un mentor", a-t-il encore dit avant de conclure en xhosa, la langue maternelle de Mandela: Lala ngoxolo (repose en paix) tutwini (mes condoléances), et ndiyabulela (merci).


Zuma: "Madiba était unique"

Le président Jacob Zuma s'est engagé à "continuer" le travail de Nelson Mandela en faveur d'une Afrique du Sud "démocratique", "débarrassée de la pauvreté", soulignant le caractère "unique" du "père" de la Nation arc-en-ciel, lors de la cérémonie en son honneur mardi à Soweto. "Il n'y a personne comme Madiba, il était unique", a-t-il dit à plusieurs reprises, utilisant le nom de clan du héros de la lutte anti-apartheid et premier président noir d'Afrique du Sud.

Cette phrase est la traduction du xhosa "Ake Kho o fana naje", titre d'une chanson de la lutte contre le régime ségrégationniste. Cette chanson "est l'une des meilleures descriptions de notre icône mondiale", selon M. Zuma.

"En son honneur, nous nous engageons à continuer de construire une Nation basée sur les valeurs démocratiques de dignité humaine et de liberté", a-t-il poursuivi. "Nous allons continuer à bâtir une Nation débarrassée de la pauvreté, de la faim et des sans-abris."

"Repose en paix notre père et notre héros", a-t-il dit en conclusion.

La première puissance économique du continent reste très inégalitaire avec plus de la moitié de sa population sous le seuil de pauvreté (mois de 50 euros par personne et par mois).

Le président Zuma, au pouvoir depuis 2009, a été hué à son arrivée dans le grand stade Soccer City de Soweto, par une partie de l'assemblée. Mais il a pu dérouler son discours sans heurt et a été applaudi à la fin.

Elu avec le soutien de la gauche de son parti, le Congrès national africain (ANC), Jacob Zuma est aujourd'hui contesté par une bonne partie de ses anciens soutiens, qui lui reprochent de ne pas avoir fait assez pour la redistribution des richesses.


Sur le même sujet