Jean-Marie Le Pen juge "débile" de vouloir changer le nom du Front national

Jean-Marie Le Pen répète également ses propos sur les Roms qui, selon lui, "volent naturellement".

AFP
Jean-Marie Le Pen juge "débile" de vouloir changer le nom du Front national
©Photos News

Le président d'honneur du Front national (FN, extrême droite), Jean-Marie Le Pen, s'est élevé vendredi contre toute volonté de changer le nom du parti, une possibilité ouverte par sa fille Marine Le Pen, affirmant que c'était "complètement débile", "scandaleux" et "impensable". "Je dirais que c'est complètement débile, c'est scandaleux, c'est indécent. Le changement de nom du FN est impensable", affirme Jean-Marie Le Pen dans son journal de bord hebdomadaire vidéo diffusé sur Internet.

"Ce nom a été honoré, il a créé une condition d'existence d'un parti politique français depuis 40 ans, et il a été soutenu par des milliers, des centaines de milliers de sacrifices de militants et adhérents du FN", plaide le leader historique du FN, qui a toujours été résolument hostile à tout changement de nom.

Ces militants "ne toléreraient pas que je ne sais qui ou je ne sais quoi veuille changer dans je ne sais d'ailleurs quelle intention plus ou moins honnête le nom d'un mouvement qui est très honorable, le Front national", a encore déclaré M. Le Pen.

Alors que sa fille Marine Le Pen avait dit mi-décembre que le changement du nom du FN n'était "pas un tabou", le patron historique du FN affirme: "Rien n'est tabou en France, c'est vrai, mais (le nom) doit être respecté". L'actuelle présidente du FN s'était toutefois dite elle-même "assez attachée au nom FN".

Précédemment, ce sont deux des vice-présidents du FN, Louis Aliot et Florian Philippot, qui avaient tenu des propos similaires, le premier jugeant en décembre qu'"aucun débat n'est à écarter" tandis que le second assurait en juin que le "débat n'est pas tabou".


Jean-Marie Le Pen répète ses propos sur les Roms qui "volent naturellement"

Le président d'honneur du Front national (FN, extrême droite), Jean-Marie Le Pen, a répété vendredi des propos pour lesquels il a récemment été condamné selon lesquels, "comme les oiseaux", les Roms "volent naturellement". "J'ai rappelé une phrase que m'avait rapportée un Rom en disant : +Vous savez, nous, on est comme les oiseaux, on vole naturellement+", a assuré M. Le Pen dans son journal de bord vidéo hebdomadaire.

Le 19 décembre, Jean-Marie Le Pen a été condamné à 5.000 euros d'amende pour injure publique envers un groupe de personnes en raison de son appartenance à une ethnie.

"Ca veut dire que (les Roms) volent à travers les frontières, ils passent par-dessus les frontières pour venir jusqu'à chez nous", a poursuivi le dirigeant historique du Front national.

"Je pense d'ailleurs que le départ, c'est le 1er janvier, on les attend. Sie kommen (ils arrivent, en allemand). Ils arrivent", a-t-il ajouté.

A compter du 1er janvier, les travailleurs bulgares et roumains seront libres de venir travailler dans n'importe quel Etat de l'Union européenne au nom du principe de la libre circulation des travailleurs, un des droits fondamentaux des citoyens européens. Depuis 2007 déjà, les Bulgares et les Roumains, dont les Roms, jouissent du droit de libre circulation et de séjour en Europe, au même titre que tous les citoyens de l'Union.

Le 22 septembre 2012, à l'université d'été du Front national, Jean-Marie Le Pen avait enchaîné les provocations sur l'immigration, thème fétiche du parti, sous les yeux de sa fille Marine. Moquant les Roms, il avait suscité rires et applaudissements nourris en leur attribuant la phrase: "Nous, nous sommes comme les oiseaux, nous volons naturellement".