Turquie: Erdogan va supprimer les tribunaux qui ont jugé ses officiers

La Turquie va supprimer les tribunaux spéciaux qui ont récemment jugé et condamné des centaines d'officiers pour complots contre le gouvernement islamo-conservateur au pouvoir depuis 2002, a annoncé mardi le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan.

AFP
Turquie: Erdogan va supprimer les tribunaux qui ont jugé ses officiers
©AFP

La Turquie va supprimer les tribunaux spéciaux qui ont récemment jugé et condamné des centaines d'officiers pour complots contre le gouvernement islamo-conservateur au pouvoir depuis 2002, a annoncé mardi le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan. "Nous envisageons de supprimer les tribunaux spéciaux", a déclaré M. Erdogan à la presse avant son départ pour une visite officielle en Iran, ajoutant que leurs compétences seraient transférées aux hautes cours criminelles existantes.

"Si je ne me trompe pas, il existe aujourd'hui 133 hautes cours criminelles et 8 tribunaux spéciaux (...) nous allons donc continuer ce processus avec les 133 hautes cours", a-t-il précisé en évoquant les procédures en cours contre des centaines d'officiers.

L'état-major de l'armée turque a récemment introduit des requêtes en révision de deux procès retentissants qui se sont conclus en 2012 et 2013 par la condamnation de centaines d'officiers dans les dossiers dits "Marteau-pilon" et "Ergenekon", arguant que les preuves utilisées avaient été "manipulées".

M. Erdogan, qui avait jusque-là multiplié les purges et les procès contre l'armée considérée comme hostile à son Parti de la justice et du développement (AKP), avait opéré un retournement spectaculaire en se déclarant favorable à de nouveaux procès.

Ce changement de pied est intervenu alors que le Premier ministre est menacé par des enquêtes anticorruption visant des dizaines de patrons, hommes d'affaires et élus proches de son régime.

Il a engagé des purges sans précédent dans la police et la justice, accusées d'abriter le coeur d'un complot politique ourdi contre lui par ses ex-alliés de la confrérie du prédicateur musulman Fethullah Gülen. Quelques uns des procureurs à l'origine des enquêtes qui menacent le gouvernement ont instruit les dossiers dans les affaires "Marteau-pilon" et "Ergenekon" visant l'armée.

Tentatives d'endiguer  la chute de la livre

La banque centrale turque a annoncé mardi soir, lors d'une réunion d'urgence, avoir augmenté ses principaux taux directeurs pour tenter d'enrayer la chute continue de la devise nationale face au dollar et à l'euro, contre l'avis du gouvernement.

Son taux d'intérêt au jour le jour passe de 7,75% à 12% et son taux hebdomadaire repo de 4,4% à 10%, a indiqué l'institution financière dans un communiqué.