En Syrie, l’EIIL interdit aux Chrétiens de porter la croix

Le groupe de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), ou « Daech », au sein duquel se battent de nombreux djihadistes belges, a annoncé mercredi avoir imposé une série de règles aux habitants chrétiens de la ville de Raqqa.

La Rédaction
En Syrie, l’EIIL interdit aux Chrétiens de porter la croix
©d.r.

Le groupe de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), ou « Daech », au sein duquel se battent de nombreux djihadistes belges, a annoncé mercredi avoir imposé une série de règles aux habitants chrétiens de la ville de Raqqa qu'il contrôle dans le nord de la Syrie.

Le groupe a annoncé lui-même cet "accord" dans un texte publié par des forums djihadistes et portant le cachet de l’organisation. Il comporte 12 règles censées garantir la "protection" des chrétiens. Ceux qui ne le respecteront pas seront traités comme des ennemis, a-t-il menacé.

Le texte stipule notamment que les chrétiens doivent verser une taxe, qui était imposée aux premiers temps de l'islam aux non-musulmans. Les chrétiens fortunés doivent payer jusqu'à l'équivalent de 13 grammes d'or pur, ceux de la classe moyenne devront verser la moitié de cette somme et les défavorisés le quart.

L'"accord" exige également que les chrétiens s'abstiennent de montrer "une croix ou toute chose de leur Livre dans les marchés ou les endroits où il y a des musulmans", de faire sonner les cloches des églises et d'"utiliser des haut-parleurs pour faire entendre leurs prières". Les chrétiens doivent également s'abstenir de "célébrer leurs rituels (...) hors de l'église".

Selon cet "accord", ils doivent également obéir aux "règles imposées par Daech, comme celles liées à la discrétion dans la manière de s'habiller".

Le groupe djihadiste a également indiqué que les chrétiens "ne devaient pas restaurer les monastères ou les églises (...) dans leur ville ou les environs".

L’un des QG du groupe à Raqqa se trouve dans l’église arménienne, désormais surmonté d’un drapeau noir.

Enfin, les chrétiens ne doivent pas porter d'armes, a précisé l’EIIL en avertissant que ceux qui ne respecteraient pas ces règles feront face au même "destin" que celui subi par la rébellion.

Quelque 300.000 personnes habitaient à Raqqa avant le début des violences en Syrie en mars 2011, et moins de 1% étaient chrétiens. Nombre d'entre eux ont quitté la ville.

L’EIIL est issu de la branche d'al-Qaïda en Irak, qui a également imposé une taxe aux chrétiens après l'invasion du pays conduite par les Etats-Unis en 2003. Le groupe est apparu pour la première fois en Syrie à la fin du printemps 2013. Depuis le début janvier, les rebelles coalisés lui ont déclaré la guerre, reprochant à l’EIIL ses abus et son refus de coopérer avec les autres groupes combattant le président Bachar el-Assad. Ces combats auraient fait plus de 3000 morts entre rebelles.

Il y a plusieurs mois, l’ancien compagnon de Ben Laden, l’Egyptien Ayman al-Zawahiri, avait demandé en vain à l’EIIL de cantonner son territoire à l'Irak. Sans succès.