Ukraine : mille hommes armés font blocage en Crimée

Par cette manoeuvre, ils entendent contraindre les Ukrainiens à rendre les armes, selon le ministère.

AFP
Ukraine : mille hommes armés font blocage en Crimée
©Photonews

Un millier d'hommes armés bloquaient dimanche l'entrée d'une unité des gardes-côtes ukrainiens en Crimée, a annoncé le ministère ukrainien de la Défense dans un communiqué. Par cette manoeuvre, ils entendent contraindre les Ukrainiens à rendre les armes, selon le ministère.

"La 36e brigade des gardes-côtes à Perevalne est bloquée par un millier d'hommes armés et une vingtaine de camions. Il y a un risque d'assaut", a indiqué le ministère ukrainien. Ce dernier n'a toutefois pas précisé la nationalité des hommes armés.

"Déclaration de guerre" de la Russie

L'Ukraine se "trouve au bord du désastre", à la suite de la "déclaration de guerre" de la Russie, a déclaré dimanche le Premier ministre Arseni Iatseniouk. "C'est l'alerte rouge. Ce n'est pas une menace, c'est en fait une déclaration de guerre à mon pays", a-t-il dit. "Nous appelons le président russe, Vladimir Poutine à retirer ses forces armées et à s'en tenir aux obligations internationales et aux accords bilatéraux et multilatéraux entre la Russie et l'Ukraine", a-t-il ajouté.

"Si le président Poutine veut être le président qui a débuté une guerre entre deux pays voisins et amis, entre l'Ukraine et la Russie, il est tout près d'atteindre son objectif. Nous sommes au bord du désastre", a-t-il dit, s'exprimant en anglais lors d'un point presse au Parlement.

"La Russie n'avait aucune raison d'envahir l'Ukraine et nous pensons que nos partenaires internationaux et toute la communauté internationale soutiendront l'intégrité territoriale et l'unité de l'Ukraine et feront tout ce qu'ils peuvent pour arrêter le conflit militaire provoqué par la Russie", a-t-il dit.

L'Ukraine a annoncé dimanche le rappel de ses réservistes après la menace choc de la Russie d'intervenir militairement sur son territoire.

Crimée : mille hommes armés bloquent une unité de gardes-côtes ukrainiens

)Un millier d'hommes armés bloquaient dimanche l'entrée d'une unité des gardes-côtes ukrainiens en Crimée pour contraindre les Ukrainiens à rendre les armes, a annoncé le ministère ukrainien de la Défense dans un communiqué.

"La 36e brigade des gardes-côtes à Perevalne est bloquée par un millier d'hommes armés et une vingtaine de camions. Il y a un risque d'assaut", a indiqué le ministère ukrainien sans préciser la nationalité des hommes armés.

Otan: la Russie "menace la paix et la sécurité en Europe"

L'action de la Russie en Ukraine "menace la paix et la sécurité en Europe", et Moscou doit "cesser ses activités militaires et ses menaces" sur ce pays, a affirmé dimanche le secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen.

"Ce que fait la Russie en Ukraine viole les principes de la Charte des Nations unies. Cela menace la paix et la sécurité en Europe. La Russie doit cesser ses activités militaires et ses menaces", a affirmé M. Rasmussen, juste avant une réunion des ambassadeurs des 28 pays membres de l'Alliance atlantique sur la crise en Ukraine.

"Aujourd'hui, nous allons discuter de leurs implications pour la paix et la sécurité en Europe, et pour les relations de l'Otan avec la Russie", a-t-il ajouté. Il a rappelé que cette réunion serait suivie dans l'après-midi d'une deuxième avec le représentant de l'Ukraine.

"Nous soutenons l'intégrité territoriale et la souveraineté de l'Ukraine. Nous soutenons le droit du peuple ukrainien de déterminer son propre avenir sans interférence extérieure", a réaffirmé M. Rasmussen. Il a aussi "insisté sur la nécessité pour l'Ukraine de continuer à respecter les droits de toutes les populations et d'assurer que les droits des minorités sont protégés".

Soulignant que ce pays était "notre voisin et un partenaire de l'Otan", il a appelé de nouveau "toutes les parties à poursuivre leurs efforts pour s'éloigner de cette situation dangereuse", et "en particulier la Russie à faire baisser les tensions".

Les réservistes mobilisés

"Le ministère de la Défense doit convoquer à travers l'Ukraine tous ceux dont les forces armées ont besoin en ce moment", a souligné le responsable du Conseil de sécurité nationale et de défense, Andriï Paroubiï, dans une déclaration télévisée.

Cette mesure doit permettre selon lui "d'assurer la sécurité et l'intégrité territoriale de l'Ukraine", après la "violation' par la Russie des accords bilatéraux notamment concernant la flotte de la mer Noire".

"Le ministère de la Défense doit organiser des exercices d'entraînement avec les réservistes dans les délais établis par l'Etat-major de l'armée", a-t-il dit sans plus de précisions.

"Nous avons besoin d'une armée unie", a-t-il conclu.

Le président Vladimir Poutine a obtenu samedi le feu vert du Parlement pour le "recours sur le territoire de l'Ukraine aux forces armées russes jusqu'à la normalisation de la situation politique dans ce pays".

Paris et Londres suspendent leur participation aux préparatifs du G8 à Sotchi

Paris et Londres ont confirmé dimanche avoir suspendu leur participation aux réunions préparatoires du sommet du G8, prévu en juin prochain à Sotchi, en Russie. A la lumière de la crise en Ukraine, la France et la Grande-Bretagne exigent que Moscou respecte ses obligations découlant du droit international.

"Les décisions qui ont été prises par nos partenaires russes sont contraires aux principes du G7 et du G8", a estimé dans la matinée le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius. Une source élyséenne a ensuite confirmé que Paris avait suspendu sa participation aux réunions préparatoires du G8. Cette position rejoint celle déjà exprimée samedi par la Maison Blanche qui a indiqué que les Etats-Unis allaient suspendre "leur participation aux rencontres préparatoires du sommet du G8".

Le ministre britannique des affaires étrangères, William Hague, a lui aussi annoncé dimanche que le Royaume-Uni suspendait sa participation aux réunions préparatoires, avant de se rendre à Kiev. "Le Royaume-Uni va se joindre à d'autres pays du G8 cette semaine en suspendant notre coopération sous l'égide du G8, que la Russie préside cette année, ce qui inclut les réunions de cette semaine pour la préparation du sommet."

De son côté, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a mis fermement en garde la Russie dimanche sur le risque de perdre sa place au sein du G8 si Moscou poursuit son incursion militaire en Crimée, dans le sud de l'Ukraine. "Le président Vladimir Poutine "pourrait ne pas avoir de G8 à Sotchi, il pourrait même ne pas rester au sein du G8 si cela continue", a-t-il prévenu.

Le parlement russe (Douma) a approuvé samedi le recours aux forces armées en Crimée, république autonome ukrainienne et ce vote suscite l'inquiétude et les critiques de la communauté internationale.