La mémoire douloureuse de l’exil

Depuis 65 ans, la question des réfugiés, qui ont fui ou ont été expulsés de leurs maisons lors du premier conflit israélo-arabe, hante la mémoire des Palestiniens. Ils sont aujourd’hui 5 millions, répartis dans les pays voisins et dans les territoires occupés. Certains entretiennent encore le rêve d’un retour.

epa02548220 Palestinian refugees walk in the Balata refugee camp in the West Bank City of Nablus on 25 January 2011. Al-Jazeera satellite station aired on late 24 January the second in a series of reports exposing alleged leaked documents from the Palestine Liberation Organization (PLO) Negotiations Affairs Department, including maps and the minutes of negotiation sessions. Palestinian officials denied Tuesday that they had compromised on the refugee issue during negotiations with Israel. Chief Palestinian negotiator Saeb Erekat lashed out at al-Jazeera, accusing it of inciting against the Palestinian Authority (PA) in a bid to destroy it. Erekat said the Palestinian negotiators insisted that Israel declare responsibility for the refugee problem, created after 1948 when over 700,000 Palestinians fled their homes and became refugees in neighbouring Arab countries. The number of refugee today reaches over six million, according to United Nations figures. EPA/ALAA BADARNEH
© EPA
Grégoire Comhaire>Envoyé spécial à Naplouse et Tel Aviv
On l’appelle la "Fiancée de la mer". Au bout du "Tayelet", cette promenade bordée de palmiers qui longe la plage de Tel Aviv sur plusieurs kilomètres, l’antique cité de Jaffa apparaît comme un cadeau. Un vaisseau de pierre posé sur les rochers qui ensorcelle ses visiteurs et les invite à plonger dans ses ruelles ombragées. Fondée il y a 4 000 ans, le port phénicien de Jaffa est l’un des plus anciens de...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet