Directive Tabac: "Je travaille au musée des horreurs"

Bachir Boussalem vend des cigarettes à Strasbourg. L’adoption de nouvelles règles ne l’enchante pas. Les prix moins onéreux, notamment, chez ses voisins allemands et belges rendent son travail compliqué. Reportage de notre correspondante à Strasbourg.

epa02436702 View of cigarette boxes in a tobacconist in Paris, France, 08 November 2010. The price of tobacco rose 6 percent in France, meaning the cheapest cigarettes will now cost 5.40 euro (7.51 US dollars). EPA/LUCAS DOLEGA
epa02436702 View of cigarette boxes in a tobacconist in Paris, France, 08 November 2010. The price of tobacco rose 6 percent in France, meaning the cheapest cigarettes will now cost 5.40 euro (7.51 US dollars). EPA/LUCAS DOLEGA ©EPA
Véronique Leblanc
Bachir Boussalem s’est installé le 1er janvier 2001 dans son tabac de la Grand-Rue à Strasbourg, belle artère piétonne entre gare et cathédrale, parallèle à la touristique "Petite France". L’année 2002 fut prospère - "la meilleure" , dit-il - mais il savait que, dans sa ville même, le Parlement européen avait voté en juin une directive, dite "Tabac", qui faisait...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité