Le pape François salue Jean Paul II et Jean XXIII, "deux hommes courageux"

Le pape François a fait saints dimanche sur la place Saint Pierre Jean Paul II et Jean XXIII, devant 800.000 fidèles du monde entier. Le pape a salué "deux hommes courageux", qui "ont connu des tragédies mais n'en ont pas été écrasés".

AFP et Belga
Le pape François salue Jean Paul II et Jean XXIII, "deux hommes courageux"
©AFP

Le pape François a salué dans les deux nouveaux saints Jean Paul II et Jean XXIII "deux hommes courageux", qui "ont connu des tragédies mais n'en ont pas été écrasés".

Jean XXIII et Jean Paul II ont été "deux hommes courageux", "en toute personne souffrante ils voyaient Jésus", a poursuivi Jorge Bergoglio dans son homélie assez brève, prononcée après avoir entendu l'Evangile psalmodié en latin puis en grec.

François a rendu hommage aux deux nouveaux saints pour leur proximité avec la condition des hommes: "Prêtres, évêques, papes du XXe siècle, ils en ont connu les tragédies, mais n'en ont pas été écrasés. En eux, Dieu était plus fort. Plus forte était en eux la miséricorde de Dieu".

"En ces deux hommes, contemplatifs des plaies du Christ et témoins de sa miséricorde, demeurait une vivante espérance, avec une joie indicible et glorieuse", a-t-il observé lors de la messe célébrée aussitôt après la cérémonie de canonisation place Saint-Pierre.


Le pape argentin a également insisté sur le fait que "Jean Paul II a été le pape de la famille. Lui-même a dit un jour qu'il aurait voulu qu'on se souvienne de lui comme du pape de la famille".

"Cela me plaît de le souligner alors que nous vivons un chemin synodal sur la famille et avec les familles" (deux réunions d'évêques sont convoquées en 2014 et 2015 sur ce sujet, ndlr), a ajouté le pape François, qui accorde à la défense de la famille traditionnelle une grande importance.

Evoquant "la première communauté des croyants de Jérusalem" dans laquelle "se vivait l'essentiel de l'Évangile, c'est-à-dire l'amour, la miséricorde, dans la simplicité et la fraternité", le pape a estimé que Jean XXIII et Jean Paul II ont aidé à "restaurer et actualiser l'Église selon sa physionomie d'origine", avec le Concile Vatican II qui s'est tenu de 1962 à 1965 et que le pape italien avait convoqué.

"Dans la convocation du Concile, Jean XXIII a montré une délicate docilité à l'Esprit Saint, il s'est laissé conduire et a été pour l'Église un pasteur, un guide-guidé. Cela a été le grand service qu'il a rendu à l'Église" catholique, a-t-il résumé.


Saints Jean XXIII et Jean-Paul II

Plus tôt dans la matinée de dimanche, le pape François a fait saints sur la place Saint Pierre Jean Paul II et Jean XXIII, devant une foule de fidèles du monde entier. Le Vatican annonce 800.000 personnes présentes pour l’événement.

La foule a applaudi après que le pape, très grave, a récité la formule en latin pour la sanctification du pape polonais Karol Wojtyla (1978-2005) et du pape italien du Concile Vatican II, Angelo Giuseppe Roncalli (1958-1963).

Auparavant le cardinal Angelo Amato, préfet de la cause des saints, avait adressé trois demandes successives au pape, pour marquer la solennité de la démarche:

"Très saint-père, la Sainte Eglise, confiante dans la promesse du Seigneur d'envoyer sur elle l'Esprit de vérité, qui à toute époque a préservé de l'erreur le magistère suprême, supplie avec force Votre Sainteté de vouloir inscrire ces fils élus dans le catalogue des saints".


Le pape a répondu alors par la longue formule consacrée en latin, langue de l'Eglise: "En l'honneur de la Sainte Trinité, par l'exaltation de la foi catholique et l'accroissement de la vie chrétienne, avec l'autorité de Notre Seigneur Jésus Christ, des saints apôtres Pierre et Paul, après avoir longuement réfléchi, invoqué plusieurs fois l'aide de Dieu et écouté l'avis de beaucoup de nos frères dans l'épiscopat, nous déclarons et définissons saints les bienheureux Jean XXIII et Jean Paul II, et nous les inscrivons dans le catalogue des saints et établissons que dans toute l'Eglise ils soient dévotement honorés parmi les saints", a dit solennellement le pape argentin.

La foule a aussitôt acclamé les deux saints pendant que les cloches résonnaient dans les églises de la Ville éternelle.

Auparavant le pape François était allé donner chaleureusement l'accolade au pape Benoît XVI au premier rang, parmi les cardinaux.


Le pape François ouvre la cérémonie

Le pape François est arrivé dimanche peu avant 10h00 sur le parvis de la basilique Saint-Pierre. Jorge Mario Bergoglio est arrivé dans une procession de cardinaux et d'évêques qui chantait la litanie des saints. Le rite de canonisation, relativement bref, précédera une messe solennelle, concélébrée avec le pape émérite Benoît XVI.

Le pape émérite Benoît XVI était lui arrivé Une demi-heure avant le début de la cérémonie sur ce même parvis. S'appuyant sur une canne, tout de blanc vêtu et coiffé d'une mitre, il a salué les cardinaux et évêques présents, en levant les deux mains en signe de contentement et de communion.

Il concélébrera la messe, mais ne sera pas à l'autel aux côtés du pape François, afin qu'il n'y ait pas de confusion. Benoît XVI n'est plus pape et n'exerce plus aucun rôle officiel.


Une journée très spéciale

Le Vatican vit dimanche une journée très particulière qui pourrait rassembler la plus grande foule depuis les obsèques de Jean Paul II en 2005, à l'occasion des canonisations du populaire pape polonais et du pape du Concile, Jean XXIII. On parle ainsi de 800.000 à un million de participants, même si aucun décompte n'est possible. Aucune délégation officielle belge n'est prévue pour assister à la messe. Depuis 13 mois à la tête d'une Eglise d'1,2 milliard de baptisés, le pape argentin François, qui a rejoint Karol Wojtyla en popularité, va célébrer une messe sur la place Saint-Pierre dès 10h00 en présence de milliers de catholiques venus du monde entier.

Des écrans géants ont été disséminés dans la Ville éternelle pour permettre aux pèlerins d'assister à un spectacle sans précédent, qui aura lieu en présence de deux papes, François et Benoît XVI.

Sur le parvis, le pape en exercice officiera avec quatre cardinaux. A gauche de l'autel parmi 150 autres cardinaux, Benoît XVI, pape à la retraite, concélèbrera la messe. Joseph Ratzinger ne sera pas aux côtés de Jorge Bergoglio pour éviter de donner l'impression qu'il y a deux papes.

Au total, 98 délégations d'Etats ou d'organisations internationales, dont 24 chefs d'Etat et têtes couronnées - du roi d'Espagne au président zimbabwéen Robert Mugabe - défileront devant François. Le roi Albert et la reine Paola seront également présents mais ne représenteront pas officiellement la Belgique. Le président du Conseil européen Herman Van Rompuy et le président de la Commission européenne José Manuel Barroso représenteront eux l'Union européenne lors de la célébration.


Dix mille gardes suisses, policiers et secouristes seront mobilisés et de vastes quartiers de Rome seront fermés à la circulation. Le maire de la capitale italienne, Ignazio Marino, a estimé que la cérémonie coûterait plus de sept millions d'euros.