Guy Verhofstadt tente d’exister... et de combler son très gros retard médiatique

Dans toute l'Union, des milliers de candidats briguent l'un des 751 postes de député européen. Balayant tout le spectre politique, ils aiment l'Europe un peu, beaucoup, à la folie... ou pas du tout. Parmi eux, le Belge Verhofstadt, candidat libéral à la présidence de la Commission. Ambiance.

Guy Verhofstadt tente d’exister... et de combler son très gros retard médiatique
©BELGA
Bernard Delattre>Envoyé spécial à Issy-les-Moulineaux
Atout prix, faire en sorte que la lutte pour la présidence de la prochaine Commission européenne ne soit pas réduite, dans les médias - et donc dans l’opinion - à un duel : entre le conservateur Jean-Claude Juncker et le socialiste Martin Schulz. A fortiori en France, le pays qui, après l’Allemagne, envoie au Parlement européen le deuxième plus gros contingent de députés. Pays dont la représentation...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet