Le Pape impose des évêques à New York

Surprise : le Pape a désigné personnellement trois évêques auxiliaires à New York contrairement à l’usage qui veut que l’archevêque propose et reçoive les auxiliaires de son choix… Timothy Dolan, le “patron” de l’Eglise new-yorkaise, n’a pas eu son mot à dire.

Le Pape impose des évêques à New York
©REPORTERS
Christian Laporte

Surprise : le Pape a désigné personnellement trois évêques auxiliaires à New York contrairement à l’usage qui veut que l’archevêque propose et reçoive les auxiliaires de son choix… Timothy Dolan, le “patron” de l’Eglise new-yorkaise, n’a pas eu son mot à dire.

Le Pape a ainsi nommé John J. Jenik, né en 1944 à New York. Un prêtre actif dans le Bronx dont il a été le vicaire épiscopal mais pas grand-chose d’autre à signaler à son sujet. L’abbé Peter J. Byrne, le deuxième, était jusqu’ici curé de paroisse à Manhattan après avoir exercé son ministère dans le Bronx. Il est certes multidiplômé mais n’a guère marqué la vie chrétienne. Enfin, l’abbé John J. O’Hara, quasi septuagénaire comme le premier nommé, n’était jusqu’ici que le directeur du Strategic Parish Planning du diocèse. RAS ? Ce licencié en anglais a été curé de paroisse.

Deux d’entre eux sont donc à la veille de la retraite. Et ils ont été formés non pas à Rome mais dans les instituts et universités locaux.


Pas des “évêques d’aéroport” mais…

Pourquoi ces choix-là ? On pourrait les situer proches du profil de “bons évêques”, selon Jorge Mario Bergoglio. Le 27 février dernier, le Pape a rappelé que “l’évêque ne doit pas être un manager ou partir en croisade pour mener les batailles de l’Eglise, mais un semeur humble et patient”. Participant de manière inattendue à la réunion du dicastère, François avait demandé “que les évêques garantissent aux fidèles la stabilité, dans un monde où les personnes font l’expérience de nombreuses ruptures”.

Mais cette analyse n’est pas confortée : les choix de François n’ont pas une once d’audace et apparaissent contre-productifs. Dans un archidiocèse où la moitié des fidèles sont hispaniques, les nouveaux “mitrés” sont irlandais ! 

Dès lors ? Le Pape a surtout voulu montrer un certain ras-le-bol à l’égard de l’épiscopat US, nommé sous ses deux prédécesseurs, tellement conservateur qu’on le dit proche du Tea Party. Et dont le chef de file, Timothy Dolan, n’a pas marqué de points en contestant récemment les analyses socio-économiques de l’évêque de Rome. Son défi d’une Eglise collégiale et synodale n’est pas gagné

Sur le même sujet