Frappes américaines en Irak: "Pas beaucoup d'autres solutions", selon Reynders

En Irak, des milliers de chrétiens sont chassés voire massacrés par des groupuscules de l'Etat Islamique. Les Etats-Unis ont décidé vendredi de passer à l'action en bombardant certaines zones stratégiques. Découvrez la réaction du ministre belge des Affaires étrangères!

Frappes américaines en Irak: "Pas beaucoup d'autres solutions", selon Reynders
©Belga
Rédaction en ligne (et AFP)

En Irak, des milliers de chrétiens sont chassés voire massacrés par des groupuscules de l'Etat Islamique. Les Etats-Unis ont décidé vendredi de passer à l'action en bombardant certaines zones stratégiques (tous les détails ici).

Pour le ministre belge des Affaires étrangères, contacté par nos confrères de RTL, il n'y a pas beaucoup "d'autres solutions dans la région". "Quand on voit comment le comportement s'est organisé à Mossoul, on est face à des groupes terroristes qui essaient de faire fuir une population quand ils ne la massacrent pas sur place", note Didier Reynders.

Celui-ci a reçu à Bruxelles des représentants des minorités chrétiennes dans la région et le constat est là: "On voit bien que l'on doit stopper ce type de massacre. On peut condamner, ce que nous faisons. On peut apporter une aide humanitaire. Mais il faut aussi imaginer une protection au sol. Il y a ces premières opérations américaines. Je pense que maintenant, il faut en débattre au sein des Nations unies afin de voir comment organiser une protection de ces populations."


Les jihadistes prêts à attaquer Bagdad selon un chef chiite

Le puissant dirigeant chiite Moqtada al-Sadr a affirmé vendredi que les jihadistes étaient sur le point d'attaquer la capitale irakienne, promettant de mobiliser ses hommes pour défendre Bagdad. "Il y a des groupes terroristes qui ont terminé leurs préparations pour un assaut sur Bagdad", a affirmé ce dirigeant dans un communiqué.

"Nous sommes prêts à défendre la ville, à fournir des renforts aux forces de sécurité et à oeuvrer en coordination avec les autorités pour faire face à n'importe quel scénario", a-t-il poursuivi.

Début juin, il avait annoncé la formation des Saraya al-Salam (brigades de la paix, ndlr) pour défendre les sites religieux en Irak.

Ces brigades, créées en réponse à l'offensive d'insurgés sunnites lancée le 9 juin, incluent d'anciens combattants de l'Armée du Mahdi, qui a combattu les forces américaines avant d'être officiellement dissoute en 2008.


Sur le même sujet