Le sauvetage "chaotique mais héroïque" de 20 yézidis sur le mont Sinjar

Un hélicoptère de l'armée irakienne, avec une équipe de CNN à son bord, a entrepris le sauvetage de réfugiés yézidis dans la montagne, alors que sa mission de base était de larguer des vivres. Une vingtaine de personnes ont ainsi pu être sauvées de l'enfer qui règne actuellement en Irak.

Le sauvetage "chaotique mais héroïque" de 20 yézidis sur le mont Sinjar
©CNN
Félix Dumont

Depuis plusieurs semaines, les djihadistes de l'Etat islamique (ex-EIIL) ont entrepris une conquête de l'Irak et une extermination des minorités qui y vivent.

Alors que les États-Unis ont entamé l'usage de frappes aériennes sur les bastions de l'Etat islamique et la distribution d'armes à l'armée irakienne, les appels se font de plus en plus pressants pour une intervention européenne, comme le revendiquait encore avec ferveur ce mardi Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères. La Commission européenne a annoncé aujourd'hui qu'elle allait fournir cinq millions d'euros supplémentaires à l'Irak, portant l'aide de la Commission pour l'Irak à un total de 17 millions d'euros.

Si les Chrétiens sont ainsi traqués par l'Etat islamique, il est une autre communauté qui subit le courroux des extrémistes islamistes: les Yazidis, minorité non musulmane de l'Irak de 200.000 personnes, ayant pris la fuite dans les montagnes après la prise par l'Etat islamique de leur ville, Sindjar. Réfugiés dans les hauteurs, sous un soleil de plomb, dénués de tout, ils sont condamnés à mourir de faim et de soif dans ces terres arides si personne ne leur vient en aide.


Le sauvetage "chaotique mais héroïque" de 20 yézidis sur le mont Sinjar
©AFP




"L'équipage a tenté de sauver le plus de monde possible"

Les forces de l'air irakiennes et les combattants kurdes des milices Pesh Merga se sont ainsi rendus sur le mont Sindjar pour venir en aide aux Yazidis qui s'y cachent. Accompagnés d'une équipe télé de CNN, leur mission consistait à fournir eau, lait, nourriture et couches aux réfugiés.

Sur les images, à bord d'un hélicoptère, on voit un militaire tirer à l'arme lourde sur les djihadistes pour dégager la voie.




S'approchant du sol, on distingue dans la poussière des dizaines de personnes arriver en courant. Leur premier réflexe, ce n'est pas de se saisir des vivres, mais de grimper à bord de l'appareil, d'y déposer ses enfants.


"L'hélicoptère s'est posé brièvement et c'est à ce moment que les civils se sont rués vers l'appareil pour y déposer leurs enfants. L'équipage a tenté de remonter le plus de monde possible. C'était chaotique mais nous avons réussi à sauver vingt personnes", raconte Ivan Watson, correspondant CNN. À bord, les Yazidis, terrorisés, pleurent à chaudes larmes, femmes comme hommes, enfants comme adultes. Puis, peu à peu, se sentant en sécurité, les premiers sourires s'esquissent. Tous n'ont pas pu monter à bord, mais pour cette poignée d'êtres humains, le cauchemar a pris fin. Pour l'instant.




"Tous les signes d'un génocide"

Les Yézidis, rapporte CNN, constitue l'une des plus petites minorités d'Irak. Communauté régulièrement persécutée, elle suit la voie d'un culte pré-islamique, le zoroastrisme, perçu comme "diabolique" par les intégristes de l'EI, qui les persécutent et leur font vivre l'enfer: des cadavres sont empilés dans les rues, les femmes sont enlevées et violées, les massacres sont légions. Des rumeurs relatent que certaines victimes sont enterrées vivantes. Le secrétaire d'État John Kerry évoque des actions qui présentent "tous les signes d'un génocide". Bernard Kouchner, ancien ministre français des Affaires étrangères, va également dans ce sens. 500 Yazidis auraient déjà été tués.



Sur le même sujet