Irak: l'Eglise catholique en faveur d'une intervention militaire

La situation des réfugiés irakiens, parmi lesquels des chrétiens, occupe depuis plusieurs semaines maintenant la scène internationale. Face à l'urgence de la situation, l'idée d'une intervention militaire s'impose de plus en plus dans les esprits au Vatican et ailleurs.

Irak: l'Eglise catholique en faveur d'une intervention militaire
©REPORTERS
Rédaction en ligne (avec agences)

Le sort des réfugiés irakiens, parmi lesquels des chrétiens, occupe depuis plusieurs semaines maintenant la scène internationale. Ces derniers jours, le pape François en voyage en Corée du Sud a renouvelé ses appels à la paix partout dans le monde, et surtout en Irak. La preuve avec un tout récent tweet où il invite les fidèles à persévérer "dans la prière et dans la générosité".


Au Vatican, la situation est donc prise très au sérieux. Le 8 août dernier, on apprenait que le souverain pontife chargeait le cardinal Filoni de se rendre sur place pour faire le point sur la situation (lire en cliquant ici notre portrait du cardinal Fernando Filoni, émissaire spécial du pape en Irak). Ce même cardinal Filoni estimait récemment que les réfugiés irakiens "ont besoin de la solidarité internationale, non seulement sur le plan humanitaire, mais aussi d'un point de vue politique et militaire".

"Mettre fin à une situation pareille"

Une telle déclaration en faveur d'une intervention militaire, même vue comme un ultime recours, est rare... et a de quoi surprendre. Les annonces venues du Vatican ont d'ailleurs fait réagir Mgr Guy Harpigny, évêque de Tournai et invité du samedi de LaLibre.be ce 16 août (lire son entretien en intégralité en cliquant ici). "Dans ces affaires, il faut une tradition diplomatique, militaire forte", notait-il, reconnaissant au passage que "ces personnes sont infiniment plus informées que moi de ce qui se passe sur le terrain. Peut-être envisagent-elles qu'il n'existe plus d'autre moyen que celui-là. Le pape le dit régulièrement: abandonner, au nom de Dieu, des enfants tout à fait innocents, les laisser mourir de faim, de soif, ce n'est pas possible. Il faut mettre fin à une situation pareille."

L'appel "urgent" des Dominicains

Désormais, le pape et son émissaire ne sont plus les seuls à clamer leur indignation au sein de l'Eglise. Ils peuvent compter sur un relais de poids. Ainsi, comme le signale Le Figaro sur son site internet ce dimanche, l'ordre des Dominicains, "présent depuis des siècles" en Irak et "très bien informé de la situation concrète sur le terrain", a tenu lui aussi à donner de la voix.

L'appel, qualifié d'"urgent" par son auteur, vient de Bruno Cadoré. Ce Français, supérieur général mondial des Dominicains, en appelle aux Nations unies. Pour lui, l'ONU a "l'obligation d'intervenir" face à la "terrible situation" vécue par les chrétiens et autres réfugiés irakiens. Bruno Cadoré plaide lui aussi pour une solution armée qui passerait par "le déploiement immédiat d'unités militaires spéciales". Etant donné l'urgence de la situation, ces soldats devront avoir "la capacité nécessaire pour arrêter la purification ethnique et sectaire en cours, assurer le retour sain et sauf des réfugiés dans leurs foyers et traduire les responsables en justice."

Régulièrement, les Dominicains français publient sur leur page Facebook des témoignages de leurs frères restés en Irak et confrontés tous les jours à la violence du conflit avec l'Etat Islamique.


Ce samedi 16 août, les forces kurdes, soutenues par l'aviation américaine, lançaient une offensive pour reprendre aux jihadistes le plus important barrage d'Irak dans le nord du pays. La veille, le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders annonçait que la Belgique pourrait participer avec des avions de transport militaires C-130 Hercules à l'acheminement d'aide humanitaire, mais aussi à la livraison d'équipements militaires offerts par d'autres pays aux combattants kurdes (plus de détails en cliquant ici).


Sur le même sujet