Irak: la Belgique bat un record de lenteur pour une aide urgente

La Belgique va dépêcher dans le nord de l’Irak un de ses avions C-130 pour y amener de l’aide humanitaire. La décision est imminente, selon plusieurs sources, qui affirment qu’il ne faut plus que l’aval du Conseil des ministres, ce vendredi, pour que l’avion puisse décoller.

Christophe Lamfalussy
Irak: la Belgique bat un record de lenteur pour une aide urgente
©REPORTERS

La Belgique va dépêcher dans le nord de l’Irak un de ses avions C-130 pour y amener de l’aide humanitaire. La décision est imminente, selon plusieurs sources, qui affirment qu’il ne faut plus que l’aval du Conseil des ministres, ce vendredi, pour que l’avion puisse décoller.

Il aura donc fallu près de deux semaines pour que le gouvernement Di Rupo agisse dans l’urgence et vienne au secours du 1,2 million de personnes déplacées en Irak, dont 600 000 dans la seule région de Mossoul, prise par l’Etat islamique en juin. Les uns expliquent cette lenteur par la difficulté de trouver des financements, les autres par une technique de retardement de la part du Premier ministre.

"Ce sont les affaires courantes. Le budget est limité", affirme-t-on à la Coopération. "Il n’a pas arrêté de poser des questions", contredit une autre source, à propos du Premier ministre. "Qui va payer ? Où va-t-on atterrir ? Qu’est-ce qu’il y aura dans l’avion ? Ce n’est pas à lui de poser ces questions."

Didier Reynders, qui avait déjà déposé un projet sur la table du Conseil des ministres la semaine dernière, s’était un peu avancé après la réunion extraordinaire des ministres des Affaires étrangères de l’UE, vendredi dernier, en suggérant d’envoyer un C-130. Il a fallu racler les fonds de tiroir.

A un moment, la Belgique a voulu obtenir des fonds européens. Mais elle y a renoncé à cause de la complexité de la procédure. Au bout du compte, le budget sera couvert par la Défense, les Affaires étrangères (sur le volet "Diplomatie préventive") et par le budget de Melchior Wathelet, qui a hérité des compétences Multiculturalité et Egalité des chances de Joëlle Milquet.

Chaque pays membre de l’Union européenne (UE) prend les initiatives qu’il souhaite dans le dossier irakien, pour autant qu’il respecte certains critères comme l’accord du gouvernement central de Bagdad.

Le 14 août, Elio Di Rupo avait annoncé que "la Coopération belge [libérerait] des moyens supplémentaires en aide humanitaire pour l’Irak à hauteur de 2 millions d’euros".

D’autres pays ont choisi, en plus de l’aide humanitaire, de livrer des armes. Les Pays-Bas ont annoncé jeudi soir leur intention de fournir 1 000 gilets pare-balles et 1 000 casques aux forces des Kurdes d’Irak pour les aider à combattre les jihadistes de l’Etat islamique.Ch. Ly.