Belkacem répond à Valeurs Actuelles et Minute par l'humour

Les deux journaux français sont sous le feu des critiques suite à leurs unes attaquant ouvertement la ministre française de l'Education nationale. Najat Vallaud-Belkacem a répondu aux hebdomadaires, de droite et d'extrême-droite, en citant un humoriste français de renom.

Belga & rédaction en ligne

De marbre, Najat Vallaud-Belkacem a répondu aux hebdomadaires "Valeurs Actuelles" et "Minute" avec humour. La réputation de Minute, hebdomadaire d'extrême-droite, n'a visiblement pas changé.


Alors qu'elle sortait du Conseil des ministres ce mercredi, Najat Vallaud Belkacem a brièvement répondu aux en citant Pierre Desproges, avec une phrase bien connue de l'humoriste limousin: "C'est beaucoup plus économique de lire Minute que d'acheter Sartre. Pour le prix d'un journal, vous avez à la fois la nausée et les mains sales."

 "L'ayatollah", "la provocation": Najat Vallaud-Belkacem attaquée sur ses origines

La nouvelle ministre française de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem (PS), fait l'objet de deux attaques sur ses origines en Une des hebdomadaires d'extrême-droite "Minute" et de droite "Valeurs Actuelles". Sous le titre "Une Marocaine musulmane à l'Education nationale, la provocation Vallaud-Belkacem", Minute consacre sa Une à la ministre, une Franco-Marocaine de 36 ans qui se définit elle-même comme un "pur produit de la République", exemple d'"intégration heureuse".

L'hebdomadaire est déjà poursuivi en justice pour avoir comparé la ministre noire de la Justice, Christiane Taubira à un singe.

"La Une de Minute est une incitation à la haine. Elle doit être juridiquement condamnée", a déclaré dans un communiqué le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis. Elle est "honteuse", a jugé pour sa part la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (LICRA), qui a appelé aussi à "ne pas laisser faire les semeurs de haine".

"Valeurs Actuelles", à la Une de son édition à paraître jeudi, présente une photo sur fond noir de Mme Vallaud-Belkacem barrée du titre "L'ayatollah" et sous-titrée "Enquête sur la ministre de la Rééducation nationale".

Interrogée plus généralement sur les attaques violentes dont elle fait l'objet, la ministre a répondu mardi soir sur la chaîne de télévision France 5. "Je suis assez distante avec ce type de polémique sans intérêt. En revanche, je pense quand même à ceux qui contemplent ce spectacle" et peuvent se sentir "souillés", a-t-elle ajouté. "En leur nom à eux plus qu'en mon nom à moi, je veux demander aux responsables de droite de reprendre un peu leur esprit de responsabilité justement et de respecter les institutions et les personnes".

Chargée des droits des femmes dans le précédent gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem avait déjà été la cible d'attaques de l'extrême droite et d'une partie de la droite qui l'accusaient de véhiculer une "théorie du genre" mettant l'accent sur le rôle de la société dans les comportements sexuels.

Le 31 août dernier, le conseiller municipal UMP de Neuilly-sur-Seine Franck Keller avait remis en cause la nomination de la ministre sur Twitter. Il avait ainsi posté une photo de la Mme Vallaud-Belkacem en robe accompagnée de la phrase: "Quels atouts Najat Vallaud-Belkacem a utilisés pour convaincre Hollande de la nommer à un grand ministère? ".