Les enfants, une arme pour l'Etat islamique

L'EI n'hésite pas à utiliser les enfants pour des attentats suicides. 700 ont déjà été tués ou mutilés en Irak depuis le début de l'année.

Les enfants, une arme pour l'Etat islamique
©Photo News
AFP

Quelque 700 enfants ont été tués ou mutilés en Irak depuis le début de l'année, dont certains utilisés par l'Etat islamique dans des attentats suicide, tandis que 30 millions d'autres sont privés d'école pour cause de guerre ou d'épidémies, selon l'ONU.

S'adressant au Conseil de sécurité lors d'un débat sur ce dossier, Leila Zerrougui, représentante spéciale de l'ONU pour les enfants et les conflits armés, a aussi fait état lundi du recrutement d'enfants-soldats par des "milices alliées au gouvernement irakien" et luttant contre l'EI.

Les jihadistes "utilisent des garçons âgés d'à peine 13 ans pour transporter des armes, garder des endroits stratégiques et arrêter des civils (...). D'autres enfants participent à des attentats suicide", a-t-elle déclaré.

Par ailleurs elle a noté que "de nombreux enfants" avaient été arrêtés par le gouvernement irakien en juillet et qu'on ne connaissait pas leur lieu de détention.

"Je suis consternée par le mépris total pour la vie humaine dont a fait preuve l'Etat islamique lors de son avancée rapide en Syrie et en Irak", a souligné Mme Zerrougui.

L'Etat islamique, qui a conquis de vastes territoires à cheval entre Syrie et Irak, figure depuis 2011 sur une liste noire de l'ONU en raison notamment de ses attaques contre des écoles.

Mme Zerrougui a aussi souligné "le bilan terrible" du conflit à Gaza pour les enfants, rappelant que plus de 700 enfants palestiniens avaient été tués et au moins 3.106 blessés ou mutilés dans l'offensive menée par l'armée israélienne.

"Au moins 244 écoles, dont 75 écoles de l'UNRWA (Agence de l'ONU pour l'aide aux réfugiés palestiniens) ont subi des tirs de la part des forces armées israéliennes, qui ont utilisé une école comme base militaire", a-t-elle affirmé.

Elle a aussi dénoncé de "graves exactions commises contre les enfants" au Nigeria par le groupe islamiste armé Boko Haram, en Libye, en Afghanistan, en République centrafricaine, au Mali ou au Soudan du sud.

- 30 millions d'enfants sans école -

Le rapport annuel des services de Mme Zerrougui pour 2013, publié en juillet, recense des exactions commises contre des enfants dans 23 situations de conflit dans le monde. Il accuse sept armées nationales et 50 groupes armés d'utiliser des enfants-soldats, notamment en RCA, en République démocratique du Congo, au Soudan du Sud et en Syrie.

Selon le patron des opérations de maintien de la paix de l'ONU Hervé Ladsous, "en Centrafrique plus de 8.000 enfants sont maintenant aux mains des groupes armés de tous bords, y compris la LRA qui sévit dans le sud-est du pays". La LRA (Armée de résistance du Seigneur), une des guérillas les plus sanglantes d'Afrique, est responsable de très nombreux enlèvements d'enfants, utilisés comme soldats ou esclaves sexuels.

Lors du même débat au Conseil, l'acteur américain Forest Whitaker a insisté sur la difficulté pour les anciens enfants soldats de se réintégrer dans la société. "Si nous ne sommes pas là pour les accueillir à bras ouverts et leur ouvrir nos maisons et nos écoles, il ne sortiront jamais de la guerre", a lancé l'acteur, qui est envoyé spécial de l'Unesco pour la paix et la réconciliation.

Par ailleurs, au moment où écoliers et étudiants rentrent en classe, l'Unicef a rappelé lundi que conflits et autres situations d'urgence empêchent environ 30 millions d'enfants dans le monde de poursuivre leur scolarité.

C'est le cas en particulier pour 3,5 millions d'écoliers au Liberia et en Sierra Leone, où écoles et lycées sont fermés pour cause d'épidémie d'Ebola, et de trois millions dans la Syrie en guerre, précise l'Unicef dans un communiqué.


Sur le même sujet