Hong Kong: des manifestants affrontent des dizaines d'hommes masqués

Malgré les nombreuses injonctions des autorités de se disperser, les manifestants se sont installés dans la durée attirant des milliers de personnes ces derniers jours.

Hong Kong: des manifestants affrontent des dizaines d'hommes masqués
©AFP
AFP

Des manifestants prodémocratie ont du affronter lundi à Hong Kong des dizaines d'hommes masqués sur le principal site de la protestation, qui dure depuis plus de deux semaines et paralyse partiellement le quartier Admiralty, où sont concentrés les ministères. La police est rapidement intervenue pour séparer les deux groupes. Les heurts se sont produits au milieu d'une large avenue occupée, lorsque des hommes déterminés, portant des masques chirurgicaux pour ne pas être identifiés, ont tenté de forcer et de démanteler les barricades érigées par les manifestants.

Deux assaillants ont été plaqués au sol par des policiers qui ont aussi formé un cordon pour contenir les autres, conspués par les manifestants aux cris de "Arrêtez les triades", en référence aux hommes de main de la mafia chinoise soupçonnés d'avoir provoqué des violences sur les sites occupés. La télévision, qui émet en direct, a montré les images d'un homme contraint par les policiers de lâcher un petit couteau à cran d'arrêt.

Des chauffeurs de taxi, excédés par les blocages, ont ajouté au concert de récriminations en actionnant leurs avertisseurs et en invectivant les manifestants. "On n'en peut plus", ont écrit certains sur leurs véhicules.

Des engins de levage ont également été acheminés sur le site pour enlever les barricades, a rapporté un photographe de l'AFP.

Ces incidents surviennent quelques heures après que des centaines de policiers eurent enlevé des barricades en plusieurs endroits à Admiralty et dans le quartier commerçant de Mongkok, sur la partie continentale de Hong Kong, profitant du petit nombre de manifestants qui avaient passé la nuit sur place.

Dimanche, le chef de l'exécutif local, Leung Chun-ying, avait déclaré à la télévision que les manifestants n'avaient "presque aucune chance" d'infléchir la position de Pékin sur l'instauration du suffrage universel total pour l'élection en 2017 du prochain chef de l'exécutif de l'ancienne colonie britannique.

Deux militantes arrêtées après une marche prodémocratie

Deux militantes pékinoises ont été récemment arrêtés par la police chinoise pour avoir pris part à une marche prodémocratie à Hong Kong en juillet, a appris l'AFP lundi, alors que des dizaines d'interpellations similaires ont été signalées ces deux dernières semaines.

Zhang Xiuhua et Li Lirong, deux Pékinoises d'âge moyen, ont été arrêtées par la police la semaine dernière, accusées d'avoir "attisé des querelles et provoqué des troubles", a indiqué Zhou Li, l'une de leurs amies, à l'AFP.

Ce chef d'accusation, à la formulation délibérément vague, est utilisé de façon routinière par les autorités chinoises pour interpeller et faire condamner des militants des droits de l'homme ou des voix critiques du régime.

En juillet, Mmes Zhang et Li avaient participé à Hong Kong à une marche prodémocratie qui rassemblait des dizaines de milliers de personnes, et avaient accordé, à cette occasion, un entretien à un média étranger affilié au mouvement spirituel Falun Gong -- sévèrement banni en Chine.

Pour leur amie Zhou, le lien avec leur récente détention est évident: "Avant son arrestation, Li Lirong avait été interrogée par des policiers, et ils avaient spécifiquement mentionné l'interview qu'elle avait accordée à Hong Kong".

Selon Chinese Human Rights Defenders, ONG basée aux Etats-Unis, plus de 40 personnes ont été arrêtées en Chine continentale ces deux dernières semaines pour avoir exprimé leur soutien au récent mouvement prodémocratique à Hong Kong.

Parmi les personnes détenues par la police chinoise, figurent une dizaine d'artistes de Pékin, interpellés après un petit rassemblement d'encouragement à la mobilisation hongkongaise, selon l'avocat Li Fangping.

Le poète Wang Zang, connu pour ses mises en scène provocatrices, a été pour sa part arrêté après avoir mis en ligne un cliché où il brandissait un parapluie -- emblème des manifestants de Hong Kong --, avait indiqué à l'AFP son épouse Wang Li.

Après avoir parlé à plusieurs médias étrangers, elle-même a été brièvement arrêtée en compagnie de son jeune fils, a-t-elle ajouté.

L'universitaire et défenseur des droits de l'Homme Guo Yushan a également été détenu au prétexte d'"avoir provoqué des troubles", selon son avocat Li Jin.

Ces arrestations interviennent alors que Pékin a fortement durci la censure de l'internet ces derniers mois, multipliant les arrestations de blogueurs et de voix critiques, sous couvert de combattre les "rumeurs" sur les réseaux sociaux.

Dernier signe de ce coup de vis, une notice récemment postée sur l'internet et présentée comme émanant du régulateur des médias indiquait que les ventes des livres de plusieurs auteurs modérément critiques du gouvernement, dont l'économiste Mao Yushi, allaient être interdites.

Sur le même sujet