Quels groupes jihadistes ont fait allégeance à l'Etat islamique ? (Infographie)

Depuis la proclamation du Califat et les décapitations filmées les yeux du monde entier sont braqués vers l'Etat islamique. Cette visibilité intéresse bien évidemment différents groupes terroristes qui ont "intérêt" à en faire partie. Qui sont ces groupes ? Pourquoi rejoignent-ils l'Etat islamique ? Est-ce un ralliement conséquent ? Y en aura-t-il d'autres ? LaLibre.be a interrogé Alain Rodier, spécialiste du terrorisme au Centre de recherche français sur le renseignement.

Jacques Besnard
Quels groupes jihadistes ont fait allégeance à l'Etat islamique ? (Infographie)
©Print screen Twitter

Depuis la prise de Mossoul, la proclamation du Califat et les décapitations filmées du journaliste James Foley, du chauffeur de taxi et humanitaire britannique Alan Henning et du touriste français Hervé Gourdel, les yeux du monde entier sont braqués vers l'Etat islamique (EI).

Cette visibilité intéresse bien évidemment différents groupes terroristes qui ont "intérêt" à en faire partie. Le site français Slate publie à ce sujet une infographie instructive montrant les différents groupes islamistes qui ont officiellement fait allégeance à Daesh.


La couleur des boutons (cliquez dessus pour accéder à la source) désigne la nature de l'entité ayant apporté son soutien ou prêté allégeance à l'Etat islamique : rouge pour des groupes, jaune pour des individus, vert pour des organes médiatiques. Les flèches de couleur jaune-vert indiquent les soutiens; les flèches bleu-violet les allégeances.


Recoupant plusieurs sources (des rapports de l'entreprise américaine SITE et les recherches de spécialistes), cette infographie montre que les groupes jihadistes ayant fait allégeance sont présents dans différents coins du globe: Afrique, Asie, Moyen-Orient... En Afrique, on y apprend par exemple que le groupe Jund al-Khilafah responsable de assassinat d'Hervé Gourdel a rejoint l'EI... le 14 juillet 2014 via une vidéo postée sur Youtube"Quand une allégeance est rendue publique, elle indique que la personne qui l'a prononcée se place sous l'autorité de l'organisation et agit en son nom, se bat pour elle", explique au site français Dominique Thomas, chercheur à l'EHESS sur les mouvements djihadistes.


En outre, on se rend compte que certains jihadistes rejoignent tout seul l'EI. C'est le cas, par exemple, du détenu jihadiste Abu Musaab al-Maghribi (Muhammad al-Fartah) emprisonné au Maroc ou du cheikh yéménite Mamoun bin Abd al-Hamid Hatem. 

Enfin, on s'aperçoit également que des organes médiatiques, comme A'isha Media Center au Liban, ont également apporté leur soutien au Califat.


"Dans trois jours ce ne sera peut-être plus valide"

Alain Rodier est directeur de recherche chargé du terrorisme et de la criminalité organisée au Centre de recherche français sur le renseignement.

A la lecture de cette infographie, on s'aperçoit que plusieurs groupes ont rejoint l'Etat islamique. Est-ce un ralliement conséquent ?

C'est très difficile à dire. Tout d'abord, on se rend compte que beaucoup de jihadistes ont rejoint l'EI à titre personnel. En Indonésie, par exemple, le chef historique de la Jemaah Islamiyah responsable des attentats de Bali et incarcéré depuis quelques années a fait allégeance depuis sa prison. Ce n'est pas parce qu'il le dit que tout le mouvement bascule. Il n'y a pas de gros groupes qui ont rejoint l'EI, ce sont surtout des groupuscules. C'est très compliqué à quantifier car ce ne sont pas des unités complètes. Cela peut-être une, deux voire trois katibas. De même une katiba, peut être composé de vingt à une centaine de personnes. Ce sont des unités très disparates. 

Que signifie faire allégeance à l'Etat islamique ?

C'est un soutien moral pour le moment. S'étendre internationalement ce n'est pas la priorité de l'Etat islamique. La grosse différence avec Al-Qaida, c'est que ces derniers envoyaient des gens du commandement central, des agents de liaison, pour gérer les groupes extérieurs comme en Somalie ou en Algérie. Ils commencent un peu au Liban et en Jordanie mais c'est très limité. Al-Qaida a eu une vision internationaliste alors que l'Etat islamique est un groupe terroriste régional. Abou Bakr Al-Baghdadi, le calife de l'EI a incité les autres mouvements à les rejoindre mais leur priorité est d'avoir leur sanctuaire entre l'Irak et la Syrie et de le consolider. Ils doivent déjà gérer 8 millions de personnes.

Quel intérêt y a-t-il pour ses groupes à rejoindre l'EI ? Une visibilité, de l'argent ?

En ce qui concerne l'argent, pas pour le moment même si on ne peut pas dire que ces jihadistes ne lorgnent pas sur un financement. Ces groupes cherchent évidemment à faire parler d'eux et à profiter de cette visibilité.

Cet attrait va se poursuivre ?

C'est très évolutif, dans trois jours ce graphique ne sera peut-être plus valide. L'Etat islamique a un véritable pouvoir d'attraction car il gagne. On va voir ce qui va se passer quand il connaîtra ses premiers revers. Je suis curieux de voir comment va évoluer la bataille de Kobané. Cette ville ne représente qu'une bande de trois kilomètres sur un, elle n'est pas tactiquement importante mais elle l'est psychologiquement. Tout le monde a les yeux rivés sur ce qui s'y passe. Si l'Etat islamique prend Kobané, ce serait un énorme coup à la coalition et un formidable moyen de propagande.

Sur le même sujet