Manifestant mort à Sivens: Sarkozy attaque, le gouvernement lui réplique

Le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, a répliqué mercredi aux critiques de Nicolas Sarkozy, qui avait affirmé que son mandat à lui s'était déroulé "sans violence, sans drame".

AFP

Le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, a répliqué mercredi aux critiques de Nicolas Sarkozy sur le drame du barrage de Sivens (Tarn) en lui rappelant qu'à l'époque où il était ministre de l'Intérieur, il y avait eu "l'affaire de Clichy".

"Je vous rappelle simplement ce qui s'est passé à Clichy", a déclaré M. Le Foll interrogé lors du compte rendu du conseil des ministres.

Evoquant "l'affaire de Clichy", il a rappelé la mort, le 27 octobre 2005 à Clichy-sous-Bois, de deux jeunes poursuivis par la police, qui s'étaient réfugiés dans un transformateur électrique, et les émeutes qui avaient suivi dans les banlieues.

"Dire qu'il n'y a jamais eu de problème" quand M. Sarkozy était ministre de l'Intérieur ou président de la République "chacun est juge", a poursuivi le porte-parole. Concernant la mort du jeune Rémi Fraisse lors des manifestations contre le barrage de Sivens, il a reconnu que "ce qui s'est passé est grave".

"Il faut dire la vérité sur ce qui s'est passé" mais "en même temps on doit rappeler que dans notre démocratie il y a un Etat de droit qui ne peut pas laisser la place à la violence pour exprimer une revendication", a-t-il souligné. Lors d'une réunion publique mardi à Marseille, M. Sarkozy évoquant l'"évènement dramatique" de Sivens, a assuré que ses années passées comme ministre de l'Intérieur puis président de la République s'étaient déroulées "sans violence, sans drame".

"J'ai été quatre ans ministre de l'Intérieur, cinq ans président de la République, tous les matins je me disais +la France est un pays éruptif, attention, soyons républicains+", s'est-il félicité.

"Les émeutes en France de 2005, j'étais au ministère de l'Intérieur, je veux rendre hommage une nouvelle fois au comportement républicain et remarquable des forces de l'ordre qui à l'époque ont contenu l'ordre républicain, sans drame", a également déclaré M. Sarkozy.

Sur le même sujet