Michaël Dos Santos, de footballeur à bourreau membre de l'EI

Michaël Dos Santos est soupçonné d'être le second Français apparaissant dans la dernière vidéo de décapitation de l'Etat islamique. Ses anciens partenaires de foot, près de Paris, sont sous le choc et racontent leurs souvenirs avec ce "bon joueur, bien éduqué" mais qui est "parti en sucette". Témoignages.

Michaël Dos Santos, de footballeur à bourreau membre de l'EI
©AFP
S. Le.

Un destin raconté par ses ex-partenaires de jeu.

Michaël Dos Santos, un jeune de 22 ans originaire de Champigny-sur-Marne, fait la une de l'actualité. Il est en effet soupçonné d'être le second Français apparaissant dans la dernière vidéo de décapitation de l'Etat islamique (voir tous les détails ici). Ses anciens partenaires de foot, qui l'ont côtoyé dans la région parisienne durant son adolescence, sont sous le choc et racontent à nos confrères de So Foot leurs souvenirs avec ce "bon joueur, bien éduqué" mais qui est "parti en sucette".

Michaël Dos Santos a en effet évolué pendant deux ans et demi au CO Vincennes, dans le Val-de-Marne. Ses anciens équipiers se rappellent notamment du voyage effectué jusqu'en Bretagne, en 2005, pour disputer un tournoi de jeunes de renommée internationale. C'est là qu'ils ont vraiment appris à connaître Michaël. "Il était peut-être moins brailleur que certains d'entre nous, mais pour un premier voyage, il rigolait beaucoup. Il regardait aussi beaucoup de films, à l'arrière du bus", confie ainsi un de ses partenaires à So Foot. Et un autre d'ajouter: "Il était plutôt drôle dans son genre. Il avait toujours ses petites blagues à lui."

Le coach de l'époque, également sous le choc suite à la nouvelle, n'en revient pas. Il se souvient d'un bon gars, bien éduqué. "Pour moi, qui suis aussi d'origine portugaise, il était l'archétype de l'enfant portugais, bien éduqué. J'avais le sentiment d'avoir reçu la même éducation, celle qui te pousse à ne jamais faire trop de bruit auprès des autres. Il nous respectait, il était très poli et très respectueux avec nous, les éducateurs."

Un excellent footballeur qui a côtoyé de futures stars

Son entraîneur évoque également les qualités sportives du joueur. "C'était l'un des meilleurs. Déjà, à ce tournoi, il faisait partie des trois qui tenaient l'équipe. C'était vraiment un bon joueur de foot. Techniquement doué, mais surtout très vif et très rapide." Il faut dire qu'au contact de Yacine Brahimi (actuel international algérien) et Riffi Mandanda (frère du gardien de l'Olympique de Marseille), Michaël Dos Santos pouvait encore mûrir et qui sait, connaître lui aussi la réussite et devenir professionnel.

Sauf que voilà, son destin aura été tout autre. Après deux saisons et un peu plus passées au CO Vincennes, on perd sa trace. "Au fur et à mesure du temps, on a perdu contact. J'ai d'abord eu des échos, puis il y a eu des "on dit". Dans le coin, on disait qu'il partait en sucette, qu'il était parti dans un mauvais délire. Pourtant, au foot, il était net", confie ainsi un ancien équipier à So Foot.

Quant à son coach à Vincennes, il reconnaît que la gamin était influençable. Et c'est sans doute cela qui, combiné à son attachement déjà très fort pour l'islam à 13 ans, explique les récents événements. "Il a certainement dû faire de mauvaises rencontres. Pour moi, il était quelqu'un qui allait potentiellement se réfugier dans la religion, vivre renfermé sur lui. Tu sentais qu'il avait envie de faire partie d'un groupe, de se trouver une identité." Et c'est comme cela que l'EI sera certainement parvenu à l'embrigader...


Sur le même sujet