La Ligue des musulmans de Belgique jugée "terroriste" par les Emirats

À sa grande stupéfaction, la LMB se retrouve sur une liste antiterroriste aux côtés d'Al Qaeda ou de l'État islamique. Une liste pleine d'étonnantes incongruités.

Christophe Lamfalussy
20141107 - BRUSSELS, BELGIUM: Illustration picture shows the opening of the third edition of the Muslim fair, in Brussels, Friday 07 November 2014. BELGA PHOTO NICOLAS MAETERLINCK
20141107 - BRUSSELS, BELGIUM: Illustration picture shows the opening of the third edition of the Muslim fair, in Brussels, Friday 07 November 2014. BELGA PHOTO NICOLAS MAETERLINCK ©BELGA

La Ligue des musulmans de Belgique (LMB) - coorganisatrice de la Foire musulmane qui vient de se dérouler à Bruxelles, drainant une foule de 20 000 personnes - a été placée sur la liste des organisations terroristes par les Emirats arabes unis.

La décision émiratie a été prise le 15 novembre et met dans le même sac 83 organisations, dont l’Etat islamique, Al Qaeda et les organisations en Europe ou aux Etats-Unis considérées comme proches des Frères musulmans. Elle s’inscrit dans la guerre totale qu’Abou Dhabi livre aux Frères, considérés comme une menace pour la stabilité politique des émirats du Golfe.

Cette question a provoqué également de vives tensions avec le Qatar, qui a soutenu les Frères avant de prendre ses distances à la mi-septembre et d’expulser sept responsables des Frères, dont Mahmoud Hussein, le secrétaire général de la confrérie. Depuis, les liens se rétablissent progressivement entre Doha et les autres pays du Golfe.

A Bruxelles, la LMB ne décolère pas de la décision émiratie. "On n’a jamais eu de projet aux Emirats. Nous n’avons jamais écrit de communiqué sur les Emirats. Nous sommes à 99 % des Belges d’origine marocaine et nous n’avons rien à voir avec l’Egypte", terre natale des Frères musulmans, proteste Karim Chemlal, vice-président de la LMB. Celui-ci s’exprime à titre personnel, la Ligue n’ayant pas encore réagi officiellement. "Quand nous avons vu cela, on a ri. On s’est demandé ce qui se passait!" ajoute-t-il.

Il est vrai que la liste noire réserve quelques surprises. La plus grande est l’inscription de l’organisation serbe Canvas, héritière du fameux groupe Otpor et spécialisée dans le renversement des régimes autoritaires par des méthodes non violentes. "Nous supposons qu’il s’agit d’un malentendu", a réagi sobrement l’ONG belgradoise. Une autre incongruïté de la liste émiratie est l’absence de groupes comme le Hamas (pourtant créé par trois Frères musulmans) et le Hezbollah.

"Cela va bien au-delà"

Dans une interview à Fox News, le ministre émirati des Affaires étrangères, cheikh Abdallah Ben Zayed Al-Nahyane, a tenté d’expliquer pourquoi son pays avait ratissé si large. Car la liste inclut aussi les groupes qui sont accusés de soutenir des insurrections violentes. "Pour de nombreux pays, la définition du terrorisme est de porter une arme et de terroriser des gens. Pour nous, cela va bien au-delà", a-t-il dit.

La LMB a toujours affirmé qu’elle n’avait pas de lien organique avec les Frères musulmans. Certains d’entre eux font partie de la Ligue à titre personnel.

La Ligue a coorganisé la Foire musulmane de Bruxelles avec la société française Gedis, dont l’unique actionnaire est l’Union des organisations islamiques de France (UOIF). Celle-ci aussi est passée sous les fourches caudines des Emirats, à la colère de Dalil Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris.

Précisons que, pour la Sûreté de l’Etat, la mise à l’index de la LMB par les Emirats n’a pas de conséquences pour cette organisation en Belgique, la seule liste qui compte étant celle de l’Union européenne.