Pilote jordanien brûlé vif par l'EI : Obama reçoit le roi de Jordanie en urgence

Sur les images insoutenables de cette vidéo de 22 minutes, on voit un homme portant une tenue orange enfermé dans une cage en fer et les flammes qui consument ses vêtements jusqu'à ce qu'il devienne une boule de feu. La Jordanie a expliqué que le décès du pilote datait du 3 janvier.

AFP
Pilote jordanien brûlé vif par l'EI : Obama reçoit le roi de Jordanie en urgence
©Reporters

Le président américain Barack Obama recevra mardi à la Maison Blanche le roi Abdallah II de Jordanie, quelques heures après la diffusion par le groupe Etat islamique d'une vidéo de l'exécution d'un pilote jordanien, brûlé vif dans une cage.

La rencontre, organisée à la dernière minute, aura lieu à 18H00 (23H00 GMT) dans le Bureau ovale, a annoncé l'exécutif américain.

Le roi de Jordanie a déjà rencontré mardi le secrétaire d'Etat John Kerry et le vice-président Joe Biden.

Lors de sa rencontre avec le roi, M. Biden a réitéré le "soutien sans faille" des Etats-Unis à la Jordanie et salué la contribution de ce pays au sein de la coalition internationale mise en place pour contrer l'EI.


Obama: la vidéo du pilote jordanien brûlé vif montre la "barbarie" de l'EI

"Si cette vidéo est authentique, il s'agit d'une nouvelle indication de la cruauté et de la barbarie de cette organisation", a déclaré M. Obama, appelant à redoubler de "vigilance et de détermination" pour lutter contre cette dernière.

"Cette organisation ne s'intéresse qu'à la mort et à la destruction", a-t-il ajouté, interrogé sur cette vidéo à l'occasion d'une brève allocution sur la réforme du système de santé aux Etats-Unis.

Peu avant, la Maison Blanche avait indiqué que les services de renseignement travaillaient pour "confirmer l'authenticité" de cette vidéo et réaffirmé sa solidarité avec le peuple jordanien.


La Jordanie va exécuter l'Irakienne réclamée par les jihadistes

La jihadiste irakienne emprisonnée en Jordanie et réclamée par le groupe Etat islamique sera exécutée mercredi, a indiqué mardi un responsable de la sécurité, peu après qu'Amman eut menacé l'EI d'une riposte "terrible" à l'exécution de son pilote.

Le groupe jihadiste a affirmé mardi dans une vidéo aux images insoutenables qu'il a brûlé vif un pilote jordanien capturé en décembre.

L'EI avait dit ces derniers jours qu'il laisserait la vie sauve au pilote Maaz al-Kassasbeh si Amman relâchait la jihadiste irakienne Sajida Al-Rishawi mais les autorités jordaniennes réclamaient d'abord des preuves de vie de leur soldat.

"La peine de mort à l'encontre de (...) Sajida Al-Rishawi sera exécutée demain à l'aube", a indiqué à l'AFP une source de sécurité jordanienne s'exprimant sous couvert de l'anonymat. Cette Irakienne avait été condamnée à mort pour sa participation à des attentats meurtriers en 2005 à Amman. "L'exécution de cette peine de mort concernera un groupe de jihadistes, avec à sa tête Rishawi, ainsi que l'Irakien Ziad Karbouli, un responsable de l'organisation Al-Qaïda, et des responsables d'attaques contre les intérêts jordaniens", a précisé la source de sécurité.

"La réponse de la Jordanie sera ferme, terrible et forte", avait indiqué plus tôt à la télévision publique le ministre de l'Information Mohammad Momani.

"Celui qui doutait de la barbarie de l'organisation EI, en voici la preuve (...) et celui qui doutait de l'unité des Jordaniens, on lui prouvera le contraire", a ajouté M. Momani, également porte-parole du gouvernement.

"Le pilote n'appartenait pas à une tribu spécifique ou à un gouvernorat spécifique, il était le fils de tous les Jordaniens qui sont unis comme ils l'ont toujours été dans leur Histoire", a-t-il encore dit.


Des images insoutenables

Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a diffusé mardi une vidéo d'un homme en train d'être brulé vif dans une cage et affirmé qu'il s'agissait du pilote jordanien capturé après le crash de son avion en Syrie le 24 décembre. Cette exécution remonte au 3 janvier, a affirmé la télévision officielle du royaume peu après la diffusion de la vidéo de l'EI.

Sur les images insoutenables de cette vidéo de 22 minutes, on le voit, vêtu d'une tenue orange, avancer parmi des ruines au milieu d'hommes en tenue militaire, masqués et armés.

Alors que Kassasbeh est enfermé dans une cage en métal, un de ces hommes, présenté comme un "émir d'une région bombardée par la coalition des croisés", prend une torche et met le feu à de l'essence. Les flammes se propagent alors jusqu'à la cage. Le supplicié cherche en vain à se protéger, se débat avant d'être transformé en une boule de feu. Un tracteur déverse ensuite des gravas sur la cage, qui s'affaisse.

Dans un bandeau incrusté à l'antenne, la télévision jordanienne a assuré que le "martyre du pilote Kassasbeh" datait du "3 janvier".

Dans la vidéo, l'EI donne en outre le nom, les photos et les adresses de pilote jordaniens et déclare offrir une récompense de "100 pièces en or" à ceux qui tueraient ce qu'il appelle un "pilote croisé". La Jordanie avait affirmé dimanche sa détermination "à tout faire" pour sauver la vie de son pilote prisonnier et avait également "vivement" condamné l'exécution, la veille par l'EI, d'un second otage japonais, capturé en Syrie.

L'EI occupe de larges portions de territoire en Irak et en Syrie, où ses jihadistes ont commis de nombreuses exactions, dont des décapitations d'otages, notamment occidentaux. L'ONU accuse l'organisation ultra-radicale sunnite de crimes de guerre et de crimes contre l'Humanité.


Reynders condamne "le meurtre répugnant" du lieutenant jordanien

Le Vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères Didier Reynders a condamné mardi soir "le meurtre répugnant" du lieutenant jordanien Moaz al-Kasasbeh par le groupe terroriste ISIL. Réagissant à la mise à mort du lieutenant par immolation, dans une cage, annoncée mardi par le groupe djihadiste Etat islamique (EI), M. Reynders a présenté ses condoléances à la famille et aux amis de Moaz al-Kasasbeh ainsi qu'aux autorités et au peuple jordanien.

Le ministre des Affaires étrangères a dit espérer que les meurtriers seraient trouvés et traduits en justice. Selon Didier Reynders, "la Belgique continuera son engagement avec la communauté internationale pour lutter contre cette terreur barbare".


Le président français condamne "l'assassinat barbare" du pilote jordanien

"Le Président de la République condamne avec force l'assassinat barbare d'un officier de l'armée jordanienne, Moaz al-Kassasbeh, otage de Daech en Syrie" et "présente ses condoléances à sa famille et au peuple jordanien", indique l'Elysée dans un communiqué.

François Hollande exprime aussi "son amitié et son soutien au Roi Abdallah II dans cette épreuve".

"La France et la Jordanie continueront d'agir ensemble contre les terroristes et pour la paix au Moyen-Orient", conclut le communiqué.