Le mystère du vol MH370 enfin résolu ?

Un pilote britannique croit savoir où se trouve l'épave de l'avion.

Le mystère du vol MH370 enfin résolu ?
©AP
PAM

De nombreuses théories ont été avancées pour expliquer la disparition du vol MH370 de la Malaysia Airlines le 8 mars 2014: accident en pleine jungle, avion pulvérisé par une météorite, suicide du pilote, avion détourné par... des elfes, une faille spatio-temporelle... Certains ont même été jusqu'à avancer un complot extraterrestre !

Selon Simon Hardy, un pilote britannique habitué à voler sur un Boeing 777, toutes ces pistes ne sont que pure fantaisie. Après 6 mois de recherche, Simon Hardy serait en effet parvenu à résoudre l'énigme MH370.

En utilisant une méthode mathématique, il situe l'avion à 100 miles nautiques de l'endroit désigné par l'ATSB (l'Agence australienne de sécurité des transports), rapporte le Sunday Times.

Toujours dans le Sunday Times, Hardy pense que le pilote Zaharie Ahmad Shah a réalisé une manoeuvre "émotionnelle" pour faire amerrir l'avion sur l'eau avant que celui-ci, intact, ne coule.

Simon Hardy s'explique: "L'avion a perdu le contact  avec le contrôle aérien au-dessus de la Mer de Chine. Le transpondeur a ensuite été éteint et l'avion a fait quelque chose de remarquable. Il a en effet volé à huit reprises hors et dans l'espace aérien entre la Malaisie et la Thaïlande en tournant en forme de U. Je n'avais jamais vu ça auparavant et c'est un bon moyen de semer la confusion dans la tête des contrôleurs."

S'en est suivi une dépressurisation de l'appareil ainsi qu'une perte de connaissance des passages et de l'équipage. Une théorie soutenue par des experts en aviation: "Hardy avance une piste plausible et je pense que l'épave doit être assez proche de l'endroit désigné par le pilote britannique" avance David Learmount, spécialiste en la matière sur Flightglobal.

Par ailleurs, Airservices Australia, une agence appartenant au gouvernement australien qui gère l'espace aérien du pays, a décidé de travailler avec ses homologues malaisiens et indonésiens pour tester une nouvelle méthode qui permettra de suivre les avions toutes les 15 minutes au lieu des 30 minutes initialement prévues.


Sur le même sujet