La Turquie ne participera pas aux combats en Irak contre l'EI

Le pays soutiendra toutefois l'administration irakienne dans sa lutte contre les jihadistes.

La Turquie ne participera pas aux combats en Irak contre l'EI
©AP
AFP

La Turquie ne participera pas aux combats contre le groupe Etat islamique (EI) en Irak mais soutiendra l'administration de ce pays dans sa lutte contre les jihadistes, a déclaré son Premier ministre Ahmet Davutoglu, cité jeudi par la presse. 

"La Turquie ne sera pas partie prenante à un conflit armé en Irak ou en Syrie. Nous soutiendrons l'offensive à Mossoul (Irak) mais nous n'entrerons pas directement dans les combats", a dit M. Davutoglu aux journalistes qui l'accompagnaient à New York pour des entretiens avec les milieux financiers.

La Turquie a envoyé mardi en Irak du matériel militaire destiné aux forces irakiennes qui tentent de reprendre la ville stratégique de Tikrit au groupe Etat islamique (EI), première participation concrète à la coalition internationale antijihadiste. Selon une source militaire à Ankara, ce matériel ne comprend pas d'armes.

Le chef du gouvernement islamo-conservateur turc a également souligné que son pays souhaitait que "le risque diminue à sa frontière" avec l'Irak et la Syrie, dont les jihadistes tiennent d'importantes zones depuis l'été dernier. "Nous ne voulons pas de menace terroriste à nos frontières", a insisté M. Davutoglu.

La Turquie a été longtemps critiquée pour son soutien aux groupes rebelles les plus radicaux en guerre contre le régime du président syrien Bachar al-Assad, sa bête noire.

Sur le même sujet