Yémen: 76 morts dans des combats et des raids aériens dans le sud

Au moins 76 personnes ont été tuées en 24 heures dans le sud du Yémen dans des raids aériens de la coalition conduite par l'Arabie saoudite et des combats entre partisans et adversaires du chef de l'Etat, ont indiqué vendredi des sources concordantes.

AFP
Yémen: 76 morts dans des combats et des raids aériens dans le sud
©AFP

Au moins 76 personnes ont été tuées en 24 heures dans le sud du Yémen dans des raids aériens de la coalition conduite par l'Arabie saoudite et des combats entre partisans et adversaires du chef de l'Etat, ont indiqué vendredi des sources concordantes.

Des avions de combat de la coalition ont lancé une série de raids nocturnes contre un convoi de la rébellion chiite qui faisait route vers un secteur proche du détroit stratégique de Bab al-Mandeb, a déclaré à l'AFP un responsable local, Abd Rabbo al-Mihwali. "Au moins 20 rebelles ont été tués dans ces raids aériens, qui ont détruit deux chars de combat et quatre blindés" transportant des renforts, a précisé ce responsable.

Selon lui, le convoi attaqué était parti de la base aérienne d'Al-Anad, dans la province de Lahj, pour acheminer des renforts de la rébellion en direction de Bab al-Mandeb, à l'embouchure du Golfe d'Aden et de la mer Rouge, mais aussi vers un quartier d'Aden où se trouve une raffinerie de pétrole.

Les rebelles chiites, dits Houthis, soutenus par des unités militaires restées fidèles à l'ex-président Ali Abdallah Saleh, poursuivent leur offensive pour s'emparer de l'ensemble du territoire yéménite malgré l'opération militaire aérienne lancée le 26 mars par une coalition de neuf pays arabes pour stopper cette offensive.

A Aden, deuxième ville du pays et principale ville du sud, les combats et les raids des dernières 24 heures se sont sont soldés par la mort de 32 rebelles, de 4 combattants pro-Hadi et de 4 civils, ont indiqué à l'AFP vendredi soir des sources militaires.

A Taëz (sud-ouest), troisième ville du Yémen, les rebelles tentent depuis jeudi de prendre le contrôle de la 35e brigade de l'armée, fidèle au président Hadi, dans de violents combats qui ont coûté la vie à 16 personnes, selon une source militaire et des habitants.