Soupçons d'espionnage de l'Allemagne : La Commission européenne est "sur la balle"

"Des contacts appropriés seront pris entre personnes appropriées aux niveaux appropriés" pour vérifier les informations du Suddeutsche Zeitung selon lesquelles l'Allemagne a espionné des hauts fonctionnaires français et de la Commission européenne pour le compte de la NSA a commenté M. Schinas, porte parole de l'institution.

Soupçons d'espionnage de l'Allemagne : La Commission européenne est "sur la balle"
©Jean Luc Flemal
Belga

"Je peux assurer que nous sommes sur la balle" et que "des contacts appropriés seront pris entre personnes appropriées aux niveaux appropriés" pour vérifier les informations du Suddeutsche Zeitung qui affirme jeudi que l'Allemagne a espionné des hauts fonctionnaires français et de la Commission européenne pour le compte de la NSA, a indiqué jeudi midi un porte-parole de la Commission européenne. 

"Nous serions un peu déçus si nos activités, notre rôle comme acteur dans le monde n'attirait pas l'intérêt", a plaisanté Margaritis Schinas lors du point presse quotidien de la Commission. Pour le reste, cela relève de la compétence des autorités nationales qui "ont le devoir d'investiguer sur ce qui s'est réellement passé", a commenté M. Schinas.

"La Commission ne dispose pas d'un service secret et n'espionne personne", a poursuivi le porte-parole sur le même ton de plaisanterie qu'avait adopté un peu plus tôt le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker. "Par expérience personnelle, ces services sont très difficiles à contrôler, ça ne semble pas être seulement un phénomène luxembourgeois", avait-il commenté.

"Le BND (les services de renseignement allemands) a aidé la NSA à faire de l'espionnage politique", écrit jeudi le Suddeutsche Zeitung, précisant que des écoutes de "hauts fonctionnaires du ministère français des Affaires étrangères, du Palais de l'Elysée et de la Commission européenne" ont ainsi été réalisées depuis la station d'écoutes bavaroise de Bad Aibling.


Sur le même sujet