10 clichés choc qui ont marqué l'Histoire

Le cliché du petit migrant de 3 ans retrouvé mort sur une plage turque et diffusé par les médias mercredi a scandalisé de nombreux internautes. Par le passé, d'autres images ont marqué l'opinion de par la dureté de leur contenu. Sélection.

S. Legros
10 clichés choc qui ont marqué l'Histoire
©Montage

Le cliché du petit Aylan (3 ans) retrouvé mort noyé sur une plage turque et diffusé par les médias mercredi a scandalisé de nombreux internautes. Par le passé, d'autres images ont marqué l'opinion de par la dureté de leur contenu. Voici une sélection, non exhaustive.

1930 : Lynchage de Thomas Shipp et d'Abram Smith

10 clichés choc qui ont marqué l'Histoire
©Google

Twitter (@clubpyme)

Deux Afro-américains, Thomas Shipp et Abram Smith, sont accusés du meurtre d'un ouvrier et de viol sur sa petite amie, une jeune fille blanche. Le 7 août 1930, une foule de gens, dont des femmes et des enfants, parviennent à s'introduire dans la prison de force afin de battre les deux hommes. Ils finiront par les pendre à un arbre.

Le cliché des deux adolescents pendus a été pris par un photographe local, Lawrence H. Beitler.


1963 : le moine vietnamien Thich Quang Duc s'immole

10 clichés choc qui ont marqué l'Histoire
©Google

Malcolm Browne (AP)

Thich Quang Duc, pour marquer son désaccord avec la répression anti-bouddhiste du président de la République du Vietnam, décide de s'immoler le 11 juin 1963 à Saïgon, la plus grande ville du pays et anciennement appelée Hô-Chi-Minh-Ville. En pleine manifestation, ce moine bouddhiste demande à un fidèle de le couvrir d'essence. Il se chargera lui-même d'allumer le feu.

Le cliché a été pris par le photographe américain Malcolm Browne, qui remportera le prix Pulitzer.


1968 : exécution d'un rebelle Vietcong

10 clichés choc qui ont marqué l'Histoire
©Google

Eddie Adams (AP)

Après l'immolation du moine bouddhiste, la ville de Saïgon est à nouveau le théâtre d'un fait marquant en 1968. Le 1er février, un prisonnier Vietcong, les mains attachées, est assassiné en pleine rue par le chef de la ville, Nguyễn Ngọc Loan. Ici aussi, l'instant est immortalisé en une image, qui laisse imaginer que le "colonel" va appuyer sur la détente. Diffusée dans la presse, la photo fera de Loan l'ennemi de tous. Ce n'est que plus tard qu'on apprendra que la victime avait en réalité tué son meilleur ami ainsi que sa famille au couteau.

Le cliché, pris par le photojournaliste américain Eddie Adams, lui permis de remporter le prix Pulitzer en 1969 et le World Press Photo.


1972 : une petite fille brûlée par le napalm lors de la guerre du Vietnam

10 clichés choc qui ont marqué l'Histoire
©AP

Nick Ut (AP)

La guerre du Vietnam a été atroce et les bombardements américains sans pitié. Un cliché notamment a marqué les esprits. Il s'agit de cette photo de Jim Phuc, une jeune vietnamienne courant nue dans la rue après avoir été brûlée par le napalm. Après 14 mois d'hospitalisation et 17 greffes de peau, la jeune fille s'en est tirée et est aujourd'hui mère de deux enfants.

Le cliché a été pris le 8 juin 1972 par le photographe vietnamien Nick Ut, lauréat du World Press Photo 1972.


1989 : insurrection sur la place Tian’anmen

10 clichés choc qui ont marqué l'Histoire
©AP

Jeff Widener (AP)

Entre le 15 avril et le 4 juin 1989, d'importantes manifestations sont menées par des étudiants, intellectuels et ouvriers chinois sur la place Tian'anmen pour dénoncer la politique du gouvernement et les nombreuses corruptions. Finalement, le 4 juin, l'armée est déployée et le mouvement de contestation réprimé. Mais l'image marquante, c'est celle de ce "rebelle inconnu de Tian'anmen", qui se positionne devant les chars et refuse de bouger. Malgré l'ordre de ses supérieurs, le militaire conduisant le premier char refusera de poursuivre son chemin, afin de ne pas écraser le manifestant.

Le cliché a été pris par le photojournaliste américain Jeff Widener.


1993 : les horreurs de la guerre civile au Soudan

Kevin Carter
©Kevin Carter

Kevin Carter

"La fillette et le vautour". Ce cliché pris par le reporter photo sud-africain Kevin Carter a provoqué une grande polémique et conduit au suicide de son auteur. Sur l'image, illustrant les horreurs de la guerre civile et la famine au Soudan, on découvre un enfant (il s'agit en réalité d'un garçon), affamé et gisant au sol, avec un vautour en arrière-plan. Un an plus tard (1994), Kevin Carter remporte le prix Pulitzer de la meilleure photo mais de nombreuses voix s'élèvent contre le photographe, l'accusant (à tort) d'avoir abandonné l'enfant devant le vautour. Ce n'est qu'en 2011 qu'un journaliste espagnol (Alberto Rojas) apporte la preuve du contraire: le petit garçon a survécu 14 ans encore (jusqu'en 2007) et sa famille l'attendait en réalité derrière le photographe pour lui donner à manger.

Ces attaques non fondées cumulées aux horreurs dont il a été témoin, Kevin Carter se suicidera à 33 ans le 27 juillet 1994.


2000 : "La mort à l'entrée du paradis"


Voici un cliché qui n'est pas sans rappeler le drame survenu ce mercredi 2 septembre et la photo du petit Aylan retrouvé mort sur la plage. Ici, c'est un immigrant adulte qui gît sur le sable, noyé. Mais cela ne semble pas déranger les deux touristes venus prendre du bon temps sur la plage de Tafifa, en Espagne. Sous le titre "Death at the door of paradise" (La mort à l'entrée du paradis), le photographe Javier Bauluz entend conscientiser les gens face au problème de l'immigration et à ces réfugiés qui tentent de rejoindre l'Europe. Une problématique qui, 15 ans plus tard, est encore bien présente.

Javier Bauluz remportera le prix Pulitzer avec cette photographie.


2001 : un homme saute du World Trade Center après les attaques

Richard Drew
©Richard Drew

Richard Drew (AP)

Le 11 septembre 2001, les tours jumelles du World Trade Center sont attaquées par deux avions. Prises au piège au-dessus du point d'impact, des personnes décident de se jeter des tours plutôt que de mourir brûlées. Des instants atroces immortalisés par les caméras de télévision mais également par le photographe Richard Drew, dont le cliché "L'homme qui tombe" marquera les esprits.


2011 : l'après-Tsunami, au Japon


Le Tsunami qui a frappé le Japon le 11 mars 2011 a été sans pitié. Des vagues de plus de 30 mètres de haut ont ravagé les côtes pour pénétrer jusqu'à 10 kilomètres à l'intérieur des terres, faisant de nombreux dégâts et plus de 18.000 morts. Une image en particulier a été reprise par la presse et illustre le désarroi de la population: une jeune femme, seule, est assise et en pleurs au milieu des gravas, dans la ville de Natori, deux jours après la catastrophe.


2013 : le « Rana Plaza » s’effondre au Bangladesh


Le 24 avril 2013, une usine de textile s'effondre à Savar, à l'ouest de Dacca, la capitale du Bangladesh. Ce drame, qui remettra en question le rôle des grandes chaînes de vêtements et les conditions de travail déplorables dans les pays sous-développés, fera près de 1.127 morts. Dans les décombres du "Rana Plaza", un photographe saisit ce moment terrible où deux victimes, collées l'une à l'autre, apparaissent ensevelies.


2015 : un petit migrant de 3 ans retrouvé mort sur une plage turque

10 clichés choc qui ont marqué l'Histoire
©AP

AP

Le cliché du petit migrant de 3 ans retrouvé mort sur une plage turque et diffusé par de nombreux médias mercredi a suscité l'indignation. Au terme d'un débat interne, LaLibre.be avait décidé également de publier cette photo. "Malgré des hésitations légitimes, nous pensons que montrer ce cliché insoutenable pourrait faire évoluer les consciences au sujet de la condition des migrants. Montrer des victimes décédées est contraire à nos habitudes, mais il faut pouvoir admettre que des exceptions s'imposent. Ce cliché nous fait penser à nos enfants, neveux ou voisins, mais il ne reflète en réalité que ce que trop de gens préfèrent ignorer ou sous-estimer, le drame humain qui explique l'afflux de réfugiés prêts à tout pour s'enfuir. Quoi qu'on en pense, l'actuelle crise des migrants est bel et bien le principal défi de l'Union européenne en ce moment. Un défi qu'il faut pouvoir voir en face, les yeux ouverts, même si cela provoque tristesse ou gêne. Ces sentiments ne sont rien à côté de la détresse des réfugiés", explique Dorian de Meeûs, rédacteur en chef de LaLibre.be.