Turquie: Davutoglu promet de "nettoyer" le pays du PKK

"Si certains veulent pousser la Turquie dans un cercle de feu, qu'ils sachent que notre plus grande force est notre unité et notre intégrité autour de la sécurité de notre nation", a poursuivi le chef du gouvernement.

Belga
Turquie: Davutoglu promet de "nettoyer" le pays du PKK
©AP

Le Premier ministre islamo-conservateur turc, Ahmet Davutoglu, a promis lundi de "nettoyer" la Turquie des rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), au lendemain de l'attaque qui a tué 16 soldats dans le sud-est à majorité kurde du pays. "Quoiqu'il advienne, il faut nettoyer ces montagnes de ces terroristes. Un point c'est tout ! ", a déclaré M. Davutoglu devant la presse. "Les montagnes de ce pays ne seront pas abandonnées aux terroristes. Nous ferons tout pour l'empêcher", a-t-il insisté.

"Si certains veulent pousser la Turquie dans un cercle de feu, qu'ils sachent que notre plus grande force est notre unité et notre intégrité autour de la sécurité de notre nation", a poursuivi le chef du gouvernement.

Après vingt-quatre heures d'un silence qui a alimenté de nombreuses rumeurs, le commandement de l'armée turque a enfin livré lundi un premier bilan officiel de l'embuscade qui a visé un convoi militaire dans la province de Hakkari, près de la frontière irakienne dans le sud-est à majorité kurde du pays.

"Seize de nos courageux frères d'armes sont tombés en martyrs dans leurs véhicules", a indiqué l'état-major dans une déclaration publiée sur son site internet, ajoutant que six autres soldats avaient été blessés.

Depuis plus d'un mois, le sud-est à majorité kurde du pays est à nouveau le théâtre de violents affrontements entre les forces de sécurité turques et le PKK.

Fin juillet, le gouvernement turc a ordonné une série de frappes aériennes contre les bases des rebelles kurdes dans le nord de l'Irak, en représailles à des attaques des rebelles kurdes visant les forces de sécurité turques.

Cette nouvelle escalade intervient alors que M. Erdogan a convoqué des élections législatives anticipées pour le 1er novembre.