Le président syrien accuse l'Occident de duplicité sur les migrants

Le régime de Damas désigne par le terme "terroristes" tous ses opposants: les dissidents politiques qui ont choisi la lutte pacifique, les rebelles qui ont pris les armes et les djihadistes dont ceux du groupe Etat islamique (EI).

Le président syrien accuse l'Occident de duplicité sur les migrants
©AFP
AFP

Le président syrien Bachar al-Assad a accusé mercredi l'Occident de duplicité en pleurant sur le sort des réfugiés syriens tout en alimentant, selon lui, la guerre qui les pousse à l'exil. "C'est comme si l'Occident pleurait d'un oeil sur les réfugiés et du second les visait avec une arme", a déclaré le chef de l'Etat lors d'un entretien à des médias russes diffusé mercredi.

"L'Occident (...) soutient les terroristes depuis le début de la crise et (fait porter la responsabilité de ce qui se passe) sur le régime ou sur le président syrien", a-t-il souligné dans sa première réaction au drame des migrants qui affluent en Europe.

Le régime de Damas désigne par le terme "terroristes" tous ses opposants: les dissidents politiques qui ont choisi la lutte pacifique, les rebelles qui ont pris les armes et les djihadistes dont ceux du groupe Etat islamique (EI).

"Si l'Europe est tellement concernée par le sort des réfugiés, qu'elle arrête de soutenir le terrorisme", a martelé M. Assad.

Nombre de pays européens soutiennent l'opposition "modérée" à M. Al-Assad mais luttent en revanche contre les djihadistes de l'EI.

Plus de 500.000 migrants ont traversé les frontières de l'Union européenne entre janvier et août de cette année, contre 280.000 en 2014, selon l'agence européenne Frontex. Une majorité vient de Syrie.

La guerre dans ce pays a débuté par des manifestations pacifiques de citoyens demandant davantage de démocratie en 2011. Réprimées dans le sang par le régime de M. Assad, elles ont dégénéré en rébellion armée puis en guerre civile. Plus de 240.000 personnes sont mortes en quatre ans et demi.


Kerry: le soutien de la Russie à Assad risque d'intensifier le conflit 

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a affirmé mercredi que le "soutien continu" apporté par la Russie au régime syrien du président Bachar al-Assad "risquait" d'intensifier encore la guerre dans ce pays.

M. Kerry a également martelé, lors d'une conférence de presse et au lendemain d'une conversation avec son homologue russe Sergueï Lavrov, que les Etats-Unis cherchaient une "solution politique" en Syrie et qu'ils seraient favorables à ce que Moscou joue "un rôle constructif" en la matière.


Sur le même sujet