Charles Michel: "En Syrie, nous avons deux adversaires: Assad et Daech"

Le Premier ministre belge Charles Michel est arrivé vendredi à New York pour participer durant une semaine à sa première Assemblée générale de l'ONU comme chef de gouvernement.

Charles Michel: "En Syrie, nous avons deux adversaires: Assad et Daech"
©Belga
Belga

Le Premier ministre belge Charles Michel est arrivé vendredi à New York pour participer durant une semaine à sa première Assemblée générale de l'ONU comme chef de gouvernement. 

Mais dans un contexte marqué par de nombreuses crises à la périphérie de l'Europe et avec la volonté de défendre des valeurs auxquelles la Belgique est traditionnellement très attachée, comme la démocratie, le respect de l'Etat de droit et le multilatéralisme, a-t-il indiqué. Cette semaine devrait aussi être riche en contacts bilatéraux au plus haut niveau, pour évoquer, outre les questions de développement, des sujets comme la lutte contre le terrorisme et la situation au Moyen-Orient, Syrie en tête, a-t-il expliqué à quelques journalistes.

Car la guerre civile en Syrie a provoqué, outre 240.000 morts, l'exode de millions de réfugiés dans les pays voisins et désormais en Europe, confrontée à un afflux sans précédent de demandeurs d'asile.

"En Syrie, nous avons deux adversaires: (le président Bachar al)-Assad et Daech (l'acronyme arabe du groupe terroriste Etat islamique). C'est ça qui fait la complexité de la situation", a lancé le Premier ministre depuis l'enceinte des Nations unies, en espérant un changement de position de la Russie, jusqu'ici soutien inconditionnel du régime de Damas en vue de définir une stratégie plus forte de sortie de crise.

M. Michel n'a toutefois pas exclu une option militaire, confirmant des propos déjà tenus à Bruxelles sur une éventuelle participation de la Belgique à des opérations aériennes en Syrie.

Sur le même sujet