Menace terroriste: le roi Philippe s'est entretenu avec le roi du Maroc

La Belgique a demandé au Maroc "une collaboration étroite et poussée en matière de renseignements et de sécurité", a indiqué lundi le ministère marocain de l'Intérieur.

Menace terroriste: le roi Philippe s'est entretenu avec le roi du Maroc
©Michel Tonneau
AFP et Belga

La Belgique a demandé au Maroc "une collaboration étroite et poussée en matière de renseignements et de sécurité", a indiqué lundi le ministère marocain de l'Intérieur alors que la traque de suspects impliqués dans les attentats de Paris se poursuivait en Belgique. Un renseignement marocain avait contribué la semaine dernière à mettre les enquêteurs français sur la piste du cerveau présumé des attentats du 13 novembre à Paris.

Le roi Philippe s'est entretenu avec le roi Mohamed VI du Maroc pour lui faire part de cette demande de collaboration, exprimée par le gouvernement belge, a expliqué le ministère dans un communiqué. A la suite de cette communication téléphonique, le ministre marocain de l'Intérieur Mohamed Hassad et son homologue belge Jan Jambon ont été en contact dans le cadre de "la mise en oeuvre concrète et immédiate de cette demande à l'instar de la collaboration existante avec la France", a précisé le communiqué.

La semaine dernière, un renseignement marocain avait contribué à mettre les enquêteurs français sur la piste du jihadiste belgo-marocain Abdelhamid Abaaoud, organisateur présumé des attentats du 13 novembre à Paris et mort cinq jours après lors d'un assaut policier à Saint-Denis, près de Paris. Peu après, le président français François Hollande avait reçu et remercié le roi Mohammed VI pour "l'assistance efficace" du Maroc à l'enquête sur les attentats revendiqués par le groupe Etat islamique (EI).

La capitale belge est en alerte maximale depuis trois jours à cause de la traque de suspects impliqués dans les attentats de Paris ou préparant de nouvelles attaques, notamment Salah Abdeslam, un Français résidant en Belgique qui est un suspect-clé des attaques perpétrées à Paris. Molenbeek-Saint-Jean est particulièrement pointée du doigt depuis le début des enquêtes pour ses liens avec des réseaux jihadistes.

Le royaume de Belgique compte une importante minorité marocaine (environ 500.000 personnes).

Selon le communiqué marocain, les chefs de la Direction générale de la surveillance du territoire et de la Direction générale des Études et de la Documentation (renseignements militaires) se sont également entretenus avec leurs homologues belges.


Jambon: "L'appel du roi Philippe est surtout un soutien à la collaboration avec le Maroc"

Le fait que le roi Philippe ait téléphoné à son homologue marocain Mohammed doit surtout être vu comme une forme de "soutien de la collaboration existante entre le Maroc et la Belgique". "On ne peut certainement pas dire que la collaboration avec les services marocains est mauvaise. Les relations sont bonnes, mais cela ne fait jamais de tort quand la collaboration est soutenue au plus haut niveau", a expliqué mardi le porte-parole du ministre de l'Intérieur. 

Le ministre de l'Intérieur précise que ce contact ne doit en aucun cas être vu comme le signe que la coopération entre les services de police et de sécurité des deux pays ne fonctionne pas bien. "Certainement pas", indique le porte-parole de Jan Jambon. "Les relations avec le Maroc sont bonnes." Le porte-parole renvoie notamment au fait qu'un officier de liaison de la police belge est basé de manière permanente à Rabat.

"On ne doit pas avoir l'impression que les services ne collaborent pas bien. La collaboration est même excellente en matière d'échange de renseignements. Mais cela ne fait jamais de tort quand la collaboration est soutenue au plus haut niveau", souligne le porte-parole.

Il est logique de demander une collaboration plus étroite avec les services marocains. "La semaine dernière, les informations venant des services marocains ont été décisives dans l'enquête française sur Abdelhamid Abaaoud", conclut-il.

Sur le même sujet