Menace terroriste: la justice suisse confirme l'arrestation de 2 personnes d'origine syrienne

Ils sont soupçonnés "de fabriquer, dissimuler et transporter des explosifs ou des gaz toxiques".

AFP
Menace terroriste: la justice suisse confirme l'arrestation de 2 personnes d'origine syrienne
©AP

Une procédure pénale est ouverte en Suisse contre deux individus, arrêtés hier.

Le ministère public de la Confédération suisse a confirmé samedi dans un communiqué l'arrestation vendredi de deux personnes d'origine syrienne dans le cadre d'une enquête en cours pour "menace terroriste".

Ces "deux personnes sont en détention", ajoute le communiqué des bureaux du procureur fédéral, qui précise qu'elles sont soupçonnées "de fabriquer, dissimuler et transporter des explosifs ou des gaz toxiques", et d'avoir violé la loi suisse interdisant les groupes "Al-Qaïda" et "Etat islamique" et les organisations apparentées.

Divers medias suisses avaient annoncé vendredi l'arrestation de deux personnes dans la région de Genève et la découverte de traces d'explosifs dans leur voiture, mais jusqu'à présent, aucune confirmation n'avait été donnée par la justice suisse.

Le ministère public du canton de Genève a par ailleurs annoncé samedi qu'une conférence de presse allait se tenir à 17h00 dans ses locaux dans le cadre de l'enquête qu'il avait ouverte dès jeudi, quand le canton a été placé au niveau 3 (sur 5) de l'alerte terroriste.

Dans son communiqué, le ministère public de la Confédération (MPC) annonce avoir ouvert "une deuxième enquête pénale sur la base d'une menace terroriste dans la région de Genève".

C'est dans ce contexte, ajoute le MPC, que les deux personnes ont été placées en détention.

Le MPC indique encore être en étroite collaboration avec les autorités cantonales de Genève, unis dans un "objectif commun", celui "d'empêcher un événement terroriste".

Le MPC s'est refusé à toute information supplémentaire pour l'instant.


Les 2 personnes interpellées avaient des passeports syriens

Les deux personnes interpellées vendredi à Genève par la police, dans le cadre de l'alerte contre une menace djihadiste, avaient des passeports syriens, a déclaré samedi M. Olivier Jornot, procureur de Genève au cours d'une conférence de presse. Les deux hommes, mis en détention provisoire, "ont indiqué être arrivés" tout récemment en Suisse, a ajouté le procureur. Ils s'expriment en arabe. Le magistrat n'a cependant pas voulu répondre à une question sur leur possession éventuelle d'un visa leur permettant de circuler dans l'espace Schengen.

Les deux hommes ont été interpellés à bord d'un voiture qu'ils auraient récemment achetée, selon leurs dires, a ajouté M. Jornot. Interrogé sur les plaques de la voiture, le procureur a refusé de répondre. Les traces d'explosif trouvées dans la voiture n'ont rien à voir avec le type d'explosif utilisé dans les carrières, a indiqué le magistrat, précisant qu'il n'y avait pas de traces de gaz toxiques.

Par ailleurs, le magistrat a indiqué qu'une perquisition avait eu lieu jeudi soir à Genève, sur la base d'informations données à la police, au domicile d'un Suisse. La police a découvert, a-t-il dit "un impressionnant arsenal, composé de kalachnikovs, de fusils américains M16, et d'une trentaine de fusils plus anciens, ainsi qu'un drapeau du 3ème Reich". Il a fait référence à un extrémiste de droite, survivaliste.

Cette affaire, a-t-il dit, n'a aucun lien avec les 2 Syriens interpellés vendredi. D'autre part, le procureur a ajouté que les 2 Syriens n'avaient rien à voir à priori avec les 4 hommes recherchés depuis mercredi en Suisse, suspectés d'appartenir au groupe Etat islamique.